7 bonnes raisons de fuir la capitale pendant les JO 2024

undefined 18 décembre 2023 undefined 14h31

Clemence Varene

On le sait, du 26 juillet au 11 août 2024, la vie à Paris, ça risque d’être « hardcore », comme l’a si bien formulé notre ministre des Transports Clément Beaune. On a donc décidé de vous faire un petit résumé des choses qui ne nous donnent vraiment, mais alors vraiment pas envie de rester à Paris pendant les JO.


1. Le monde

C’est l’argument numéro 1. Cet été à Paris, ça risque clairement d’être pire qu’un 23 décembre à 18h au BHV en termes d’affluence. Des centaines de milliers de spectateurs venus des quatre coins du monde sont attendus à chaque événement. Et entre deux compétitions, les restaurants et les bars vont être pris d’assaut. Trouver une terrasse sympa où se poser avec ses potes risque bien de devenir mission impossible.


2. Les transports en commun

Déjà qu’en temps normal, entre les retards et les accidents voyageurs, aller au travail relève parfois du parcours du combattant, ça ne va pas aller en s’améliorant. D'autant plus que qui dit monde à Paris dit aussi moment idéal pour se mettre en grève, selon les syndicats français. En plus, Anne Hidalgo a clairement annoncé que les travaux prévus dans le métro et le RER ne seraient pas terminés à temps pour les festivités. Et on n'ose même pas imaginer ce que ça va donner au niveau des Vélib'… Bon, au moins il fera beau, si vous êtes coincés à Paris, profitez-en pour faire un peu de marche !


3. Le coût de la vie

Surtout qu’en plus, au-delà des wagons bondés dans lesquels il sera impossible de glisser un orteil, il faudra pouvoir se payer le ticket ! Les prix de la RATP vont doubler, et on sent bien que ce ne sera pas le seul endroit à faire flamber les prix. On les voit bien, les commerçants un peu malins qui vont augmenter tous leurs tarifs pour profiter un peu de la situation. On ne peut pas vraiment leur en vouloir, mais bon, derrière, c’est bibi qui paye…


4. Les attestations de déplacement

On vous l’annonçait il y a quelques jours, mais comme à l’époque déjà lointaine du premier confinement, le gouvernement ressort la carte de l’attestation. De nombreux secteurs deviendront inaccessibles, en voiture ET à pied, pendant les épreuves et les cérémonies. Même pour aller acheter sa baguette de pain au coin de la rue, il faudra se justifier avec un QR code. Et il faut bien reconnaître que c’est quand même très pénible.


5. La guerre des VTC

Dans la famille des transports, on continue avec les Uber, taxis et autres Heetch qui commencent à menacer de faire grève pendant les 15 jours de la compétition. La Mairie de Paris a annoncé la mise en place d’une voie Olympique sur les routes, réservée aux personnes accréditées, et les VTC n’en font pas partie. Une mesure qui ne leur plaît pas beaucoup. Et si ça continue comme ça, ils ne rouleront pas du tout, NA ! Résumons donc, plus de métros, plus de voitures, plus de vélos : une seule solution, la marche, on vous dit.


6. Les contrôles à n’en plus finir

On ne va pas se mentir, ça fait quelques années maintenant que la situation en France est un peu tendue, avec des attaques à répétition, des menaces, etc. Alors forcément, pour les JO, la sécurité est renforcée, avec la mise en place de camps militaires par exemple, dont 1 regroupant plus de 5000 personnes dans le 12e. Alors c’est très bien sur le principe, mais on sent venir les contrôles d’attestation dans tous les coins et les possibles débordements, et ça ne nous donne pas hyper envie.


7. Les prix des logements

Le meilleur pour la fin : si vous partez de Paris, c’est l’occasion idéale pour mettre votre petit appart’ en location, et autant vous dire que c’est un très bon moyen pour s’en mettre plein les poches. Les prix des locations et des chambres d’hôtel flambent, et il n’y a aucune raison que vous ne puissiez pas en profiter aussi. Attention quand même à le faire dans les règles de l’art, ce serait dommage que votre proprio récupère tout votre butin à cause d’une sous-loc qui tourne mal. Mais globalement, ça reste encore la meilleure raison de quitter Paris le plus vite possible !