Voici la liste de toutes les amendes qu'on peut se prendre à vélo à Paris

undefined 28 mars 2024 undefined 16h48

Clemence Varene

Quand on circule à vélo, à Paris, il existe de très nombreuses raisons d’être verbalisé, et beaucoup sont encore méconnues de la plupart des cyclistes. Et même si certains d’entre vous peuvent se montrer hyper ingénieux quand il s’agit de trouver des excuses pour s’en sortir, on préfère quand même vous aider un peu, en vous faisant une petite liste des infractions qui vous vaudront des contraventions. Et si, pour quelques-unes d'entre elles, on peut s’en tirer sans trop de dommages, les montants de certaines amendes pourraient vous surprendre.


Les contraventions de 1ère classe : 11€ d’amende

On commence doucement, avec des mini-infractions toutes gentilles (sur le papier), mais qui peuvent tout de même se révéler très dangereuses.

- Circuler sans système de freinage efficace. Il faut dire que c'est quand même vâchement pratique de pouvoir freiner.

- Circuler sans sonnette ou avertisseur sonore.

- Circuler sans éclairage avant ou arrière. Et cette règle est valable même en journée. Oui, oui.

- Circuler sans feu de position et feu rouge arrière allumés. Quand c'est nécessaire, bien évidemment.

Et en même temps, il faudrait être un peu suicidaire pour ne pas respecter ses lois dans Paris non ? Surtout le klaxon. C’est essentiel un bon klaxon.


Les contraventions de 2e classe, 35€ d’amende

Attention, les choses se corsent.

- Changer de direction sans l’indiquer. Alors surtout, on n'oublie pas de tendre le bras avant de tourner les copains.

- Circuler avec un passager sans siège adapté. Oui, oui, c’est à vous qu’on parle. Vous qui prenez un malin plaisir à avancer à trois sur votre Vélib, en tanguant bien trop dangereusement.

- Circuler hors agglomération sans gilet haute visibilité, de nuit ou quand la visibilité est très faible. Bon, du coup, ça à Paris, ça ne devrait pas être trop difficile à respecter.

- Circuler à plus de 2 de front sur la chaussée. Alors, oui, on sait que c’est sympa de discuter avec ses copains quand on est plusieurs à faire le même trajet, mais, en plus d’être interdit, c’est quand même hyper relou pour les autres usagers.

- Excès de vitesse d’un véhicule non motorisé. Parce que oui, pas besoin d’avoir un gros moteur qui fait « vroum vroum » très fort pour aller trop vite.

- Ne pas circuler sur la piste cyclable (quand elle existe). Oui bon, jusque-là…

- Se faire remorquer par un autre véhicule. Hein les flemmards, on pédale, on pédale !


Les contraventions de 4e classe, 135€ d’amende

Bon, là, on est vraiment sur du sérieux, et ça commence à piquer un peu plus en cas de verbalisation. Alors, lisez attentivement.

- Circuler avec un passager de moins de 12 ans sans casque attaché, quand le conducteur est majeur.

- Circuler sans casque (attaché), quand le conducteur a moins de 12 ans. Vous l’aurez compris, le casque est obligatoire en dessous de 12 ans quoi.

- Circuler en sens interdit. Car oui, même si la plupart des rues de Paris sont à double sens pour les vélos, certaines irréductibles résistent encore et toujours à l’envahisseur (soit le cycliste), et ne sont donc pas accessibles comme bon vous semble.

- Circuler en ville sur un trottoir. Interdiction qui ne touche bien évidemment pas les enfants. Un peu de bon sens, je vous prie.

- Circuler sans éclairage la nuit ou par visibilité insuffisante. Car c’est bien beau d’avoir des feux (cf. les infractions à 11€), encore faut-il qu’ils marchent. Bon, on vous avoue qu'on n'est pas sûr de bien saisir la différence avec "Circuler sans feu de position et feu rouge arrière allumés" à 11€, mais on imagine qu'il y a une logique... 

- Conduire avec une alcoolémie entre 0,5 et 0,8 g/l de sang (0,25 et 0,4 mg/l d'air expiré). En voiture comme à vélo, boire ou conduire, il faut choisir !

- Effectuer un dépassement dangereux. Genre entre deux files de voitures qui filent à toute berzingue.

- Ne pas respecter l'arrêt au feu rouge. Et c’est pareil pour un cédez le passage. Ou un stop. Mais bon, comme il n’y en a aucun dans Paris, ça ne vous concerne pas vraiment.

- Porter un casque, des écouteurs ou une oreillette. Bref, tout ce qui pourrait vous couper du monde extérieur.

- Tenir un téléphone à la main en conduisant. Et, oui, ça vaut aussi même si c’est juste pour regarder votre chemin sur un GPS. La vie est injuste.

- Refuser de céder le passage à un piéton traversant une voie. Ou à un véhicule motorisé prioritaire. Même combat.


Les infractions tellement graves qu’il n’existe même pas de système de classe

Celles-ci, on vous les donne par principe, histoire de dire qu’on fait notre travail jusqu’au bout. Mais on espère sincèrement qu’elles ne vous concerneront jamais.

- Conduire avec une alcoolémie de 0,8 g/l de sang et plus (0,4 mg/l d'air expiré et plus). Et ça ne vous coûtera que la modique somme de 4500 € (9000 en cas de récidive), en plus de quelques travaux d’intérêt général.

- Conduire sous l’emprise de stupéfiants. Même combat que juste au-dessus, 4500€ et tout le toutim.

- Refuser de se soumettre à une vérification de présence d'alcool dans le sang. Ou de dépistage de stupéfiants. C’est 4500€ dans les dents aussi, pas sûr que ça vaille la peine quand on pourrait ne payer “que” 135€ (même si, encore une fois, boire et prendre son vélo, c’est mal. Très mal.)

- Refuser de s’arrêter en cas de sommation d’un agent : 7500€. Pareil, pas sûr que ça vaille le coup.

- Délit de fuite après un accident. Bon, là, forcément, on est sur le max du max. Et en même temps, il faut vraiment être une ordure, donc on trouve que 75 000€ c’est pas cher payé.

Voilà, maintenant, vous savez tout, et vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous a pas prévenus !