Ce à quoi ressemblera Paris dans le futur selon les étudiants d’Harvard

undefined 15 janvier 2024 undefined 16h51

Clemence Varene

C’est Bas Smets, paysagiste belge chargé d’imaginer le prochain parvis de Notre-Dame, qui a proposé ce projet assez complexe dans le cadre de son cours d’urbanisme biosphérique, à Harvard. Et une chose est sûre, les étudiants qui se sont attaqués au sujet ont quelques idées intéressantes.


Une évolution graduelle

Chaque groupe a eu pour mission d’imaginer des solutions à des scénarios de plus en plus catastrophiques : +2° en 2025, 3 en 2050, 4 en 2075 et enfin 5 en 2100. Après avoir passé une semaine dans la capitale, et rencontré les urbanistes locaux, ils ont présenté plusieurs projets, et sur le papier, ça nous tente plutôt pas mal.

Tout d’abord, des sols drainants, qui permettent de stocker les eaux de pluie, et de planter plus d’arbres, tout au long des axes haussmanniens. Une idée qui permet de verdir l’espace, d’offrir de l’ombre, et surtout d’empêcher les inondations. Et avec les litres d’eau qui sont tombés ces derniers mois, on peut comprendre l’utilité.


La nouvelle place de l'Hôtel de Ville, imaginée avec deux nouvelles buttes végétalisées. © GSD Harvard / Rocio Alonso

Ensuite, ils ont proposé de planter des arbres un peu partout sur les grandes places : parvis de l’Hôtel de Ville, place de l’Étoile, ou encore pelouse des Invalides, tout y passe pour déminéraliser les grands espaces. Et toujours en respectant l’architecture et l’urbanisme local déjà implanté, attention.


On se réfugie à l’intérieur

Autre mesure : transformer les musées, gares et autres écoles en lieux de rafraîchissement par trop fortes chaleurs, en créant des liens avec les parcs proches, ou les berges de la Seine. L’un des étudiants parle même de Panthéon végétalisé, et c’est un projet qui nous parle.

Enfin, dernière idée, en cas d'augmentation drastique des températures à plus de 5°, transformer Paris en ville souterraine. L’un des groupes a donc conçu un immense plan de promenade sous terre, faisant le tour de la capitale, en suivant les trajets des lignes 2 et 6. Un projet un peu extrême, mais on se dit qu’en cas de dernier recours, ça peut être pratique.


Le parking de la place Vendôme transformé en lieu d'accueil souterrain © GSD Harvard / Crane Sarris


La pelouse des Invalides complètement replantée en respectant la perspective du lieu © GSD Harvard / Roxanne Gardner

En tout cas, on trouve ces projets plutôt sensés, et surtout très à propos, puisque si, il y a quelques années encore, 50°C à Paris aurait été inimaginable, on se dit quand même de plus en plus que ça pourrait être une réalité très bientôt, et qu’il serait bon de se préparer un tout petit peu.