Canicule : 10 terrasses ultra rafraichissantes à Paris

La terrasse du Flora Danica, à l'ombre sous les arbres © Flora Danica

A Paris, les terrasses sont passées de néant à pleines à craquer en l'espace d'un mois (en témoignent les serveurs déjà au bout du rouleau). Non content d'obtenir une place en terrasse, le Parisien chevronné voudra sa place à l'ombre lorsque le soleil sera à son zénith. Vous avez bien raison, c'est exactement comme ça qu'on vous aime : exigeants. 

Le jardin de COYA

S'il vous fallait une bonne raison pour mettre les pieds dans le 7e, c'est bien COYA et sa terrasse végétalisée, inaugurés le 23 juin dernier dans le prolongement d'une ancienne église réhabilitée en restaurant, au sein de l'antre gastronomique Beaupassage. Qu'on vous parle un peu de la carte d'été, inspirée de la cuisine Nikkei et Chifa, cette cuisine traditionnelle péruvienne aux influences sud-américaines, japonaises et chinoises : Ceviche végétarien pastèque, concombre et aji limo, Ensalada de tomates, verbena et graines de chia, Empanadas de joue de boeuf et sauce habanero criollo, Bao de Cerdo comme un pain de aji amarillo, épaule de cochon, mayonnaise pimentée … Côté coup de coeur, on ne saurait que trop vous conseiller le Corvina avec truffes, ponzu et ciboulette, le Bao de Cerdo (sandwich bao de porc, chipotle, mayo épicée et coriandre) ou encore le Arroz Nikkei Cazuela, à tomber. Un accueil aussi pro que chaleureux, une ambiance caliente et un pisco sour délicieux : validé à 100%. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par COYA Paris (@coyaparisbeaupassage) le


Le jardin de COYA
83 rue du Bac - 7e 


Laïa

Laïa, c’est la nouvelle petite adresse planquée où il fait bon déconnecter. Au fond de la salle à manger illuminée par la grande baie vitrée, on voit s’afférer aux fourneaux le talentueux chef Marco. Le napolitain - ayant fait ses armes dans les palaces et auprès d’Alain Ducasse - nous propose une merveilleuse cuisine à la robata. Amélioré par les espagnols, ce petit grill servait aux pêcheurs japonais qui l’emportait en mer pour se chauffer et cuisiner le poisson qu’ils avaient pêché. Ça promet ! Le festin s’ouvre avec un carpaccio de crapaudine sur son lit de ricotta de soja, saupoudré de pistache avec un filet de miel de châtaigner. Les saveurs sont originales et équilibrées, et l’on se sent soudainement transportés sur les côtes de méditerranée. C’est la régalade, si bien que l’on sauce ce qu’il reste de la délicieuse entrée à l’aide d’un morceau de l’addictif pain au maïs. S’ensuit de tendres lamelles de poulet cuites au charbon de bois et saupoudré de paprika, ainsi qu’un plat de tortelli à l’ossobuco dont on se souviendra ! Un sans-faute pour ce nouvel endroit où il fera bon déjeuner sur la terrasse végétalisée lorsque les premiers rayons du soleil pointeront le bout de leur nez…

Fin des articles