Voici les vrais noms des 20 arrondissements de Paris 

undefined 18 mai 2024 undefined 07h00

Clémence Varène

Peu de gens le savent (et, en toute honnêteté, nous en faisions partie jusque très récemment), mais les arrondissements de Paname ne s’appellent pas officiellement le 1er, le 2e, le 3e, le 4e, le 5e, le 6e, bref… vous avez l’idée. Ils ont des petits noms, des vrais. Et en même temps, ça paraît assez logique, puisque ces chiffres ne sont pas réellement des noms, mais bien… des chiffres.


Des noms chargés d’histoire

Bon, on préfère vous prévenir, si vous décidez d'essayer de deviner les véritables noms des arrondissements avant de lire la fin de cet article, on vous conseille de vous accrocher. En effet, si certains peuvent paraître assez évidents, d’autres au contraire ne le sont pas… du tout. Et pour cause, tous les noms, qui font référence à un monument ou un site emblématique du quartier, ont tous été décidés le 16 juin… 1859, qui n’est autre que la date du décret officiel des limites des différentes parties de l’escargot. Aller, sans plus attendre, on vous dévoile la liste !

Le 1er : Louvres. Bon, on commence avec du facile, le 1er arrondissement de la capitale est bien évidemment nommé d’après le plus célèbre musée de France, qui se trouve en son sein.

Le 2e : Bourse. Ici aussi, pas trop de surprise, puisque le palais de la Bourse est, ou en tout cas était à l’époque, le plus important bâtiment du coin. Il n’empêche qu’avec un nom aussi imposant, il n’en est pas moins le plus petit de la capitale.

Le 3e : Temple. Voilà, déjà, les choses se corsent. Si, à une époque, Temple désignait un lieu incontournable de Paris, aujourd’hui, à part une rue et une station de métro, franchement, on ne voit pas trop.

Le 4e : Hôtel-de-Ville. Retour aux basiques. Et après tout, il s’agit tout de même de la mairie de Paris, elle méritait bien un petit arrondissement à son nom, non ?

Le 5e : Panthéon. Même chose, la patrie est si reconnaissante qu’elle a décidé de donner au 5e le nom de ce bâtiment si symbolique qui abrite les grands hommes et, heureusement, quelques grandes femmes.

Le 6e : Luxembourg. Malheureusement, on aurait aimé croire que, déjà en 1859, la ville se voulait un peu écolo en donnant à un arrondissement le nom d’un jardin. Malheureusement, c’est bien le Palais, qui abrite le Sénat, qui est célébré ici.

Le 7e : Palais-Bourbon. Un peu plus difficile cette fois. Car si beaucoup visualisent à peu près l’Assemblée nationale (pour cause d’occupants pas toujours appréciés, notamment), peu savent que le bâtiment s’appelle le Palais Bourbon.

Le 8e : Élysée. Pour celui-ci, on aurait aussi pu envisager Arc-de-Triomphe, puisque la construction de ce dernier avait été terminée quelques années auparavant. Mais visiblement, ils ont estimé qu’Élysée, ça avait plus de panache…

Le 9e : Opéra. Même si celui-là est, en apparence hyper évident, que nenni, figurez-vous qu’il y a un piège ! En effet, exit l’Opéra Garnier, qui a vu le jour en 1861, il s’agit ici de l’Opéra Le Peletier, qui a malheureusement brûlé en 1873.

Le 10e : Entrepôt. Alors, vous l’aviez deviné celui-là ? Hein ? On vous avait dit pourtant que ce n’était pas si facile que ça. Le 10e tire son nom des entrepôts de la douane qui se trouvent non loin des gares de l’est et du nord.

Le 11e : Popincourt. Encore une fois, un nom pas évident à deviner si vous ne connaissez pas un peu l’histoire du 11e. Il s'agit du nom d’un hameau qui se trouvait là autrefois, mais aussi de celui d’un riche investisseur du quartier. Des infos qui, à n’en pas douter, vous feront briller lors de votre prochain dîner en société, n’est ce pas ?

Le 12e : Reuilly. Même chose ici, un petit hameau qui n’avait rien demandé à personne et s’est retrouvé englobé dans la masse parisienne. Heureusement, on lui rend hommage en donnant son nom au 12e.

Le 13e : Gobelins. Pas de surprises ici, même si on aurait pu imaginer un nom à consonance un peu plus asiatique rapport aux mille et uns délicieux restaurants du coin. Le quartier tire son nom de la manufacture éponyme, elle-même appelée ainsi à cause d’un riche teinturier du coin.

Le 14e : Observatoire. Même si on trouve que Montparnasse, ça aurait pu avoir de l’allure comme nom d’arrondissement, il faudra ici se contenter d’un hommage à l’observatoire national. Bon.

Le 15e : Vaugirard. Le plus grand arrondissement de la capitale tire son appellation de sa plus grande fierté, la rue du même nom, qui n’est autre que la plus longue de Paris ! Encore une fois, ici, il s’agit d’une histoire d’ancienne commune.

Le 16e : Passy. On ne va pas vous refaire le topo, ancien hameau, blablabla. Mais, une fois encore, un nom pas si évident que ça !

Le 17e : Batignolles-Monceau. Idem. Et comme le temps, c'est de l'argent, pas question d'en perdre trop en vous écrivant un autre paragraphe pas très utile. 

Le 18e : Butte-Montmartre. Comme visiblement, Sacré-Cœur, ça aurait été trop évident, le 18e tire son nom de la butte que surplombe le monument. Pourquoi pas.

Le 19e : Buttes-Chaumont. Comme quoi, on a été un peu trop vite en besogne au moment du 6e, puisque cette fois-ci, l’arrondissement est bel et bien nommé d’après un espace vert. Mais bon, apparemment, seul le plus grand de la capitale était assez bien pour avoir droit à cet honneur.

Le 20e : Ménilmontant. Si, aujourd’hui, cette appellation fait surtout référence à un quartier bien précis du 20e, en 1859, ce dernier était constitué quasiment intégralement (ou au moins à 25%) d’un immense château, appelé, je vous le donne en mille, château de Ménilmontant !