Paris 15 : 1 quartier, 4 portraits

© Naïs Bessaih

Le 15e, cet arrondissement aussi grand qu’une ville, et affectueusement surnommé "l’autre bout du monde" dans le jargon parisien, éveille notre curiosité. Insolite, authentique et culturel, il revêt bien des aspects que nous n’aurions soupçonnés. Mais comment en avoir le cœur net autrement qu’en interrogeant ceux qui en font ce qu’il est ?


Comme à Naples, mais à Paris

©Naïs Bessaih

Plus besoin de voyager en quête de la pizza napolitaine par excellence, elle se trouve au 45, rue Brancion. « Je viens d’une famille de pizzaïolos napolitains. Ouvrir mon propre restaurant équivaut à perpétuer la tradition, continuer à naviguer le bateau. J’ai toujours aimé le mode de vie et l’esprit de la rive gauche, plus calme que la plupart des autres quartiers. Alors, quand je suis tombé sur une annonce pour ce local il y a deux ans, alors même qu’il avait appartenu à mon oncle de 1989 à 2008, j’y ai forcément vu un signe. » Bien qu’il ait toujours vécu en France, Guillaume Grasso a la pizza dans le sang. « La pizza c’est de famille, puis je pense que j’en ai tellement mangées dans mon enfance qu’on peut dire sans jeu de mot qu’elle coule dans mes veines (rires), néanmoins, la pizza napolitaine, la vraie comme je la connais, très peu en ont déjà goûté à Paris. J’ai voulu y remédier. »

©Naïs Bessaih

Vera Pizza Napoletana, ils ne sont que deux restaurants à avoir cette certification à Paris. « Quand on m’a décerné ce titre, ça a été une consécration pour moi, car je mets un point d’honneur à cuisiner mes pizzas dans les règles de l’art. » Dans ce restaurant familial où on entend parler italien entre le plat et le dessert, Guillaume nous avoue que le secret, « c’est l’amour des produits ». Ne lui parlez pas de four électrique ou de frigo, chez Guillaume Grasso on mange de la pâte faite la veille pour le lendemain, de la fior di latte italienne, des tomates pelées à l’italienne, bref, rien n’est laissé au hasard. À la fin de son service, les mains encore recouvertes de farine, Guillaume nous précise que « mon but, c’est de sauvegarder l’esprit convivial et la proximité que doit avoir une pizzeria italienne. Ici, c’est moi qui cuisine et personne d’autre. Même si ça me prend 15h par jour, c’est mon petit plaisir… »

Ce qu’il répond aux gens qui boycottent le 15e ? : « Il y a bien des gens qui font des kilomètres en avion pour manger des pizzas à Naples, alors 30 minutes de métro… C’est pas la mort. Si ? »


Faire du vin dans le 15e, c’est quand même pas banal

©Carla Thorel

« Lorsqu’on m’a missionné d’entretenir les vignes du parc Georges Brassens en 1991, je me suis dit : "ça, c’est pas banal" », avoue Frédéric. Les 750 pieds plantés en 1982 au sommet du parc produisent 3 à 400 litres de vin rouge chaque année, avant d’être vendu aux enchères au profit des associations du 15e arrondissement. « Il y a d’autres vignes à Paris, celles de Belleville, de Bercy, et celles de Montmartre : toutes sont situées dans des parcs très fréquentés, c’était le but je pense, susciter la curiosité des Parisiens (…) C’est un projet de la Ville de Paris, et nous sommes des jardiniers mandatés par la mairie. Même si nous ne sommes pas vignerons, on sait ce qu’on fait. Nos vignes sont traitées de manière biologique, avec le moins de produits chimiques possible, on essaie tant qu’on peut de laisser la nature faire, et il faut dire qu’on est plutôt bien lotis avec le micro-climat du 15e, il n’a pas grêlé depuis des années ! ». Le clos du Morillon est fait « comme un grand vin » nous confie Frédéric, « un grand vin fait en petite quantité. Comme le travail n’est pas monstrueux, les vendanges sont participatives, alors vers le mois de septembre tout le monde peut venir ramasser les raisins avec nous. Une bonne occasion de se réunir chaque année pour un évènement très agréable. »

Ce qu'il répond aux gens qui boycottent le 15e ? « Attendez d’avoir goûté au vin ! Et je ne dis pas ça parce que c’est moi qui le fais… »


Une sorte de Midnight in Paris

©BB

À l’instar des films de Woody Allen, nous voyageons dans le temps en poussant les portes du mythique club de jazz Bal Blomet. « Il s’agit à l’origine d’une petite maison du village de Vaugirard, transformée dans les années 20 en bal de jazz improvisé. Historiquement, la rue Blomet a vu s’installer bon nombre d’artistes renommés : de Miró à Desnos et Gauguin, leurs ateliers ont donné une vraie identité au quartier (…) Vers 1920, la communauté antillaise louait souvent la salle du Bal Blomet car ils travaillaient à côté, aux anciennes usines Citroën. C’était une toute autre manière de s’amuser aux yeux des Parisiens, qui cherchaient de nouvelles valeurs en lendemain de guerre. Le bal Blomet est alors vite devenu à la mode, spontané, il a été fréquenté par Joséphine Baker, Mondrian, Picabia, Heminguay, Man Ray, Kiki de Montparnasse… On raconte qu’il était à ce point connu qu’il suffisait de dire "33" au chauffeur de taxi pour y être déposé. C’était le début de l’ère Saint-Germain-des-Prés qui arrivera peu de temps après. » Guillaume Cornut, passionné par cette époque, en parle comme s’il l’avait vécue. Résidant à 500 mètres du mythique club de jazz, c’est un miracle qui le frappa en apprenant sa mise en vente en 2011. « J’en rêvais. Faire revivre un haut lieu de la culture parisienne : ça n’a pas de prix. »

©Victor Tonelli

Trois années de travaux, une salle de 250 places creusée en sous-sol comme « une sorte de speakeasy, qui a beaucoup amusé mon architecte et moi-même. Un peu comme dans Midnight in Paris, nous basculons dans un cadre spatio-temporel complètement inattendu de pièce en pièce. Ça séduit beaucoup. Nous avons rouvert le club en 2017, et du mercredi au samedi, qu’il s’agisse de rythm'n' blues, de jazz, ou de classique : chacun de nos concerts signe complet. Puis, siroter un bon verre de vin en écoutant de la bonne musique, je ne crois pas que ce soit possible dans beaucoup d’endroits à Paris… ».

Ce qu’il répond aux gens qui boycottent le 15e ? « Venez découvrir l’âme artistique du quartier. Je parle en connaissance de cause, avant d’y vivre j’y avais rarement mis un pied. Mais depuis, je ne peux plus le quitter. »


Un temple du verre ancien

©Naïs Bessaih

Au fond d’une petite cour pavée, éloignée des regards indiscrets, la famille Andrieux rénove, crée, et entretient plus de 18 000 m2 de verre ancien. « La Maison du Vitrail, c’est une affaire de famille, et de passion (…) Mes parents se sont lancés dans cette aventure en 1973, leurs familles étaient totalement contre, mais ils n’ont rien lâché, et on peut dire que ça a payé. » L’atelier de la Maison du Vitrail, c’est 18 artisans, et des projets toujours plus passionnants. « Nous sommes sollicités tant pour rénover des vitraux issus de cages d’escaliers d’immeubles anciens, que pour créer des pièces uniques. En ce moment par exemple, nous sommes sur le chantier de la restauration de la coupole des Galeries Lafayette. Un travail colossal mais qui prouve bien que le vitrail ne s’arrête pas à l’aspect "biblique" que les gens ont tendance à lui donner. » Dernier atelier en France à manier le verre Tiffany, La Maison du Vitrail est une référence dans le domaine, mais pour autant, « très peu de personnes du quartier savent qu’on existe, l’atelier est un peu en retrait donc nous passons facilement inaperçus pour la plupart des gens qui passent rue Desnouettes. ». Peinée par le manque de curiosité de ceux qui fréquentent ou vivent dans le quartier, Emmanuelle nous confie laisser sciemment le portail de leur cour ouvert dans l’espoir d’apercevoir l’œil curieux d’un passant car « c’est toujours palpitant de pouvoir partager notre savoir-faire. ».

Ce qu’elle répond à ceux qui boycottent le 15e ? : « Ouvrez les yeux, et perdez-vous ! Le 15e regorge de bonnes surprises. »

Fin des articles