Tour du monde #2 virée dans le quartier tamoul de Paris

Paris la belle, aux mille visages et multiples facettes. On ne cessera jamais de répéter que notre capitale bien aimée est un incroyable vivier de cultures. Alors, au lieu de seulement vous donner des adresses où découvrir la culture sri-lankaise à Paris (on l'a fait quand même, pas de panique), on a aussi cherché à comprendre comment et pourquoi Gare de l'Est/Gare du Nord/La Chapelle est devenu le "Little Jaffna" de Paris. Après avoir fait le tour du quartier africain de Château rouge, on vous emmène donc au Sri Lanka et en Inde, à une poignée de stations de métro. Suivez le guide.

Pour comprendre et rentrer dans l'intimité des Tamouls parisiens, j'ai eu la chance de découvrir l'un des lieux les plus insolites de Paname, le plus vieux temple hindou de France ! Et comme on ne rigole pas, c'est Subajini Rajkumar (Suba pour les intimes), la nièce du fondateur du temple, qui me fait faire le tour de son quartier et ma raconte l'histoire de sa communauté. Le Temple Ganesh, à La Chapelle, est depuis sa création en 1984 le point de rassemblement incontournable pour les Tamouls de Paris. C'est lui aussi qui est à l'origine de la célébration de La Fête du Dieu Ganesh qui remplit de couleurs et d'exotisme les rues de Paris chaque année. Logique donc que ce soit là que j'y retrouve Suba...

quartier-tamoul-paris© debbydebo

Son oncle, feu Mr Vaithilingam, a importé un véritable temple hindou dédié à Shiva pour que la communauté se retrouve, parle, échange et bien sûr... prie. À l'entrée il faut enlever ses chaussures, j'hésite, il fait froid. Finalement c'est Suba qui m'interpelle à l'entrée : « vous attendez quelqu'un ? (...) oui c'est moi, entrez ». Je laisse mes baskets sur le seuil de la porte et là... un autre monde : deux brahmanes (équivalent des prêtres catholiques) directement venus d'Inde sont en train de faire une "pûjâ", sorte de baptême hindou. Il n'y a pas grand monde à l'intérieur mais l'ambiance est à mille lieux de celle du dehors. Les fidèles se baladent dans la petite salle, s'échangent des plats rapportés assis sur le carrelage, font leur rite devant la fontaine, saluent Ganesh... Suba m'installe à une table à côté de la porte d'entrée, histoire d'avoir la meilleur vue sur "le spectacle", et me raconte.

little-jaffna-paris1© paulchalanset

Quand elle est arrivée en 92, à 16 ans, il n'y avait que 3 boutiques tamoules : une épicerie rue du Faubourg-St-Denis, un vidéo-club et une boutique de bricoles rue Louis-Blanc. Aujourd'hui, il y en a plus d'une centaine. « C'est presque une ville dans la ville avec des poissonniers, coiffeurs, boucheries, fleuriste, restos, librairies spécialisées, bijouteries, shops de vêtements tradis... » détaille-t-elle, tout sourire. Si les Indiens ont commencé à venir travailler à Paris dans les 60's, les Tamouls, eux, s'installent petit à petit dans les quartiers de Gare de l'Est et Gare du Nord à partir des 90's pour fuir leur pays.

little-jaffna-paris1 - copie© sandrine_

Ils viennent trouver refuge à Paris et « n'avaient pas d'endroit où se souvenir du pays ». Quand je lui demande « pourquoi les 10e et 18e ? », la réponse est bien simple : « quand les premiers sont arrivés, ils atterrissaient à Sarcelles. Pour venir dans la capitale ils s'arrêtaient donc forcément à Gare de l'Est et Gare du Nord, alors c'est là que les premiers commerçants ont ouvert leur boutique, suivis par les autres... » Pour frimer devant vos copains, sachez que les Indiens du Nord investissent Gare de l'Est tandis que ceux du Sud sont majoritairement à Gare du Nord. Un peu de culture, ça ne fait pas de mal non ?

little-jaffna-paris© julienvermeulen

Maintenant que vous en savez un peu plus sur l'histoire des Tamouls de Paris, il est temps de tout connaître sur leurs plats et bien plus avec les bonnes adresses du quartier tamoul de Paris ! Merci Suba !

Découvrez les bonnes adresses du quartier tamoul page 2 Photo de couverture : © cyberien 94