Célébrons les 6 femmes présentes au Panthéon

C’est au cœur du quartier latin que trône la coupole emblématique du Panthéon. Un monument qui, depuis la Révolution française, honore les grands personnages qui ont marqué l’Histoire de France. Au total, 81 personnes reposent en paix dans la crypte.  Et parmi elles, seulement 5 femmes sont honorées.

Pourquoi a été construit le Panthéon ?

L’édifice dessiné par l’architecte Germain Soufflot, sous l’impulsion du roi Louis XV, en 1764, devait d’abord être une église dédiée à Sainte-Geneviève, patronne de Paris. Mais en 1791, sous la Révolution française, l’Assemblée nationale a décidé d’en faire un temple laïc, baptisé « Panthéon », en référence aux dieux grecs, pour honorer la mémoire des nouveaux héros de la Patrie. Mais le Panthéon retrouve sa fonction première en 1885 pour les funérailles de l’écrivain Victor Hugo. Un décret précise alors que « le Panthéon est rendu à sa destination primitive et légale. Les restes des grands hommes qui ont mérité la reconnaissance nationale y seront déposés. »


Panthéon vue dome © Benjamin Gavaudo  Centre des monuments nationaux.jpg

Beaucoup de « grands hommes », peu de grandes femmes 

Plus de la moitié des 75 « grands hommes » entrés au Panthéon l’ont été sous l’empire napoléonien, entre 1806 et 1815, pour la plupart des militaires et des dignitaires, aujourd’hui peu connus. À partir de la III e République sont honorés de grandes figures politiques (Sadi Carnot, Jean Jaurès, Léon Gambetta), des écrivains (Victor Hugo, Emile Zola, puis André Malraux et Alexandre Dumas sous la V e République), des scientifiques (Marcellin Berthelot, Paul Painlevé, puis Pierre et Marie Curie), puis, plus récemment, des résistants. Si Sophie Berthelot a été inhumée aux côtés de son mari en 1907, ce n’est qu’en 1995 qu’une femme est entrée au Panthéon en reconnaissance de son travail. Il s’agit de la scientifique Marie Curie, double prix Nobel. Depuis 2013, François Hollande puis Emmanuel Macron tentent de rattraper ce fort déséquilibre homme-femme. On pense directement à Simone Veil en 2018 ou la dernière en date, Joséphine Baker. Mais le Panthéon en a accueilli d’autres, toutes avec des trajectoires spectaculaires.

Qui sont les 5 femmes présentes au Panthéon ?

Marie Curie
Grande physicienne et chimiste, scientifique d’exception… mais Marie Curie est surtout la première à recevoir le prix Nobel, et encore aujourd’hui, la seule à en avoir reçu deux. Et parce que les grandes premières lui vont bien, elle est la première femme honorée au Panthéon en 1995.

Geneviève de Gaulle-Anthonioz
L’église Sainte -Geneviève (ancien nom du Panthéon avant la Révolution Française), patronne de Paris, a accueilli une autre Geneviève célèbre en 2015 ! Geneviève de Gaulle-Anthonioz était – entre autres – une résistante française sous l’Occupation avant de militer pour les droits de l’homme et de lutter contre la pauvreté.

Germaine Tillion
Femme de lettres et ethnologue française, Germaine Tillion a été membre active de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. En 2015, elle entre au Panthéon en même temps que Geneviève de Gaulle-Anthonioz.

Simone Veil
Simone Veil ou la femme aux 1 000 vies. Elle survit à Auschwitz, devient magistrate, puis ministre de la Santé sous Valéry Giscard d’Estaing, et devient la première présidente au Parlement européen. Elle est à l’origine de l’adoption de la loi dépénalisant le recours à l’IVG. Elle a fait son entrée au Panthéon en 2018

Joséphine Baker
Chanteuse, danseuse, actrice, meneuse de revue, puis résistante ! Vraie vedette des Années folles, Joséphine Baker joue un rôle important dans la Résistance française et utilise sa popularité pour la lutte contre le racisme. En 2021, elle fait son entrée au Panthéon.


La boite à musique de Joséphine Baker installée devant le Panthéon par © theatomiknation

Fin des articles