Comment débuter une conversation avec un inconnu ?

© Before Sunrise

« Enchanté, Enzo. »

Zut. Je viens de rencontrer cette personne via le biais d'un ami, mais ce dernier est parti aux toilettes et je ne sais absolument quoi dire à celui qu'il a laissé en ma présence. Le silence s'installe, c'est gênant. Je fais semblant de recevoir un texto : je checke en réalité sur Internet des sujets de conversation. Mieux, il doit bien y avoir un tuto qui permet de sortir de ce genre de situation ? Non, je ne trouve rien sur Le Bonbon, le média où je bosse. 

A post shared by Le Bonbon (@le_bonbon) on

« Il va falloir que je l'écrive demain. » Voilà ce que je me dis à ce moment-là, les dents serrées. En attendant, je tente de meubler. 

« T'as vu, ils adaptent le verre au cocktail qu'ils servent... 
- Ah, ouais...
»

Bordel, je suis nul. Je déteste ça. Enfin, après les 15 minutes les plus longues de ma vie, mon pote revient, et je peux fuire cette prison de la gêne dans laquelle je m'étais engouffré.

Plus tard, je me suis quand même posé la question : comment éviter ça à l'avenir ? Et après réflexion, voici quelques astuces pour bien débuter une conversation avec un inconnu, et ne jamais avoir à vivre cette situation. 


Faire attention à la personne

Quand on vous présente quelqu'un, la première règle est de lui prêter un minimum d'attention. Pas par politesse, non, ça on s'en fout (soyons honnêtes). Mais pour éviter de se dire "c'est qui ?" pour le reste de la soirée sans oser lui redemander. 

En plus vous verrez que si vous avez écouté la présentation, vous ne culpabiliserez pas de redemander. Vous avez oublié, c'est tout. 


Non mais vraiment, faites attention à la personne

On en rajoute une couche parce que c'est vraiment un point très important. Au-delà d'écouter les présentations, ou ses histoires, l'observer dans sa gestuelle et dans sa façon se s'habiller peut s'avérer très utile. 

A post shared by JUSTICE (@etjusticepourtous) on

L'autre soir par exemple, un mec m'a abordé parce que j'avais un pull du groupe Justice. Et on a parlé toute la soirée. L'analyse des vêtements, des tatouages et des éléments de langage permet de vous donner des indices sur les thèmes où vous êtes susceptibles d'avoir des réponses enthousiastes. Pour avoir le meilleur début de conversation possible. 


Parler de ses passions

Malheureusement, parfois votre interlocuteur portera juste un t-shirt blanc et un jean (on n'a rien contre cette tenue hein, c'est juste un exemple de vêtements neutres). Dans ce cas, vous devez prendre un risque et aborder un sujet que la personne n'aime pas forcément. 

Mais pour optimiser vos chances, parlez d'un truc qui vous passionne vraiment. Logiquement, entre une conversation sur la météo et un discours engagé sur un sujet plus vaste, il vaut toujours mieux la deuxième option. Attention hein, il ne faut pas frimer, mais c'est vrai qu'il y a quelque chose d'attirant chez les gens passionnés. On a envie de les écouter, peu importe le sujet.

Donc n'hésitez surtout pas à transmettre votre amour pour telle ou telle chose à d'autres. 


Faire des compliments

Je ne cesse de le dire : les compliments ne pourront jamais faire de mal, donc il ne faut pas hésiter à les distribuer (à condition qu'ils soient un minimum sincères hein). Et dans le cadre d'une toute nouvelle conversation, cela permettra de donner de la confiance à votre interlocuteur

Évidemment, comme vous ne le connaissez pas, il y a un certain art du compliment à maîtriser. Ça ne doit pas être trop proche pour ne pas le faire flipper (« t'as la peau super douce ! »), et ça ne doit pas non plus gêner la personne en face de vous en étant trop gentil (si quelqu'un que vous trouvez fort beau vous dit que vous avez de beaux yeux, vous allez encore moins savoir quoi dire).

Optez pour un petit compliment sur sa tenue, qui met indirectement en valeur ses goûts et sa personnalité. Bingo. Les vêtements, toujours les vêtements ! 


Présenter ses amis

Si vous êtes à une soirée où vous connaissez d'autres personnes, n'hésitez pas à en parler ou à les présenter à votre tour à ce nouvel arrivant. C'est très efficace, pour plusieurs raisons. Premièrement, ça vous donne quelque chose à dire (« Noé a fait de l'escrime pendant 9 ans... Et toi, tu pratiques un sport ? »). 

Deuxièmement, cela vous permet de passer d'invité qui balbutie à créateur de rencontres qui gère la situation. Une fois que vous aurez pris la décision ferme de présenter vos amis à cette personne, vous serez obligé d'aller jusqu'au bout de la chose et votre confiance dans la chose devrait éviter tout malaise.

Évitez cependant de trop forcer, pour ne pas gêner ceux que vous introduisez (« Ahhhh Manu, toujours un verre à la main. Il aime boire ce Manu, hein que t'aimes boire ?! Hein, pas vrai Manu ? »). Une technique à éviter si vous êtes bourré du coup. 


Éviter les questions traditionnelles

Honnêtement, on a tous fait suffisamment de repas de famille pour savoir qu'il y a peu de choses pires que les questions sur les études et le travail. Ne demandez jamais en premier lieu à un inconnu ce qu'il fait dans la vie. 

JOUR 1: L'UNIVERSITÉ En ce 1er post je voudrais vous parler de mes études 👩🏼‍ðŸÂŽ“ car certains d’entre vous ne savent pas très bien ce que je fais. Alors, je suis en double licence de Droit et Histoire de l’art à Paris 1 (Panthéon-Sorbonne)👩🏼‍âš–ï¸ÂðŸÂÂŽ¨ • Ces deux matières paraissent contradictoires mais finalement c’est un équilibre parfait pour moi. • Déjà le droit, j’ai toujours voulu faire du droit, j’aimais bien cette idée de justice au lycée surtout âš–ï¸Â Mais en faisant des études de droit on se rend compte qu’il n’y a rien de plus injuste que la justice.. Et surtout que la petite bachelière que tu étais et qui voulais devenir un grand magistrat devra se contenter d’avoir 10 pour valider son semestre et ça sera déjà beaucoup. 😩 Les études de droit sont difficiles mais magnifiques aussi, tu te sens un peu « puissant » à connaitre des lois dans toute leur complexité, tu te sens membre d’un groupe, tu es un(e) juriste. Donc ça a ses + et ses -🙃 • Meuf pourquoi tu fais deux licences ? Schizophrénie ou indécision chronique ? 🤷🏼‍♀ï¸Â • Indécision bien sur car j’ai même du mal à choisir l’émoji que je met dans mon texto 😂, schizophrénie aussi un peu car tu passes d’un monde à l’autre. J’ai toujours toujours été passionnée par l’art grâce à mon grand père qui est peintre. Aujourd’hui je trouve ça fascinant de voir à quel point en faisant ces études je regarde et comprends les tableaux différemment, et finalement apprendre l’art nourrit la passion 🖼. Je pense avoir trouvé mon équilibre entre rigidité et légèreté, passion et apprentissage et parfois même amour et haine pour ces matières. • Si vous avez des questions posez c’est ici et SVP dites moi quelles études vous faites et si ça vous plait !!!!! 👇🏼👇🏼👇🏼

A post shared by NASTASSIA KARAVAI (@nastassia_krv) on

Pourquoi ? Parce que déjà, soyons honnêtes, vous vous en foutez, et vous allez oublier qu'il a fait une licence de droit pour finalement se diriger vers le monde de la communication après trois mojitos. Ensuite, parce que lui aussi ça le fait chier, ça ne lui rapporte absolument rien de raconter ce qu'il fait dans la vie. Vous êtes tous les deux perdants, donc ces questions-là sont à bannir.

Vous finirez bien par connaître les réponses à ces questions, mais pas de manière si formelle, directe et chiante. 


Poser des questions existentielles

Du coup, privilégiez des questions intéressantes, qui challengent l'autre un peu, le prennent un peu au dépourvu, et le font même un peu sourire. Comme quoi ?

D'abord, évitez les sujets trop clivants au début (genre la religion et la politique), et ensuite optez pour des sujets fun et légers. Par exemple : « si tu pouvais passer la journée avec une figure du passé, qui ce serait ? ».

Autres thèmes marrants à aborder : les super-pouvoirs qu'ils voudraient avoir, un choix entre deux super films, les trucs qu'ils sauveraient d'un incendie chez eux ou qu'ils emmèneraient avec eux sur une île déserte...

L'important c'est de donner un choix, ne pas laisser la question ouverte. C'est ça, ou ça. L'autre choisit, et là vous pouvez embrayer sur un "pourquoi ?" et vous évitez alors tout blanc dans la conversation. 


Ne pas les laisser vous montrer de photos

Attention hein, on ne dit pas qu'on aime pas les photos. C'est même cool de voir des clichés stylés, et ça évite a priori des silences gênants. Le problème c'est que c'est une solution à court terme, qui en vérité accentue la gêne une fois l'instant photos passé. 

Bah oui, parce qu'autant quand un pote vous montre une photo vous commentez de façon très sincère et expansive (ou vous lui dites que vous vous en battez les couilles, ça dépend de la photo), autant quand c'est un inconnu vous faites ce "ah oui, c'est sympa/beau/marrant" classique, sans oser aller dans l'excès. Et en plus, c'est cramé qu'il meuble avec ses photos. Du coup quand il n'y en a plus, bah c'est encore pire. 

Et pour refuser de voir ses photos, dites-lui de les décrire, ça lui donnera un défi, il sera obligé de se concentrer, ça enlèvera la gêne et ça comblera le silence. Attention à bien lui demander cela avec un petit sourire qui montre que ça vous fait marrer par contre, sinon vous risquez de passer pour un taré qui ne supporte juste pas les photos (ou qui adore beaucoup trop les descriptions, lol). 


Adopter un chien

Si vraiment vous êtes nul, si tout le reste échoue, investissez. Les chiens, c'est le meilleur moyen d'aborder les gens : tout le monde veut les caresser, il suffit de leur dire qu'ils peuvent et paf ! La conversation est engagée. C'est votre chien qui fera tout le taf, vous avez juste à ne pas être trop bizarre.

P.-S. : ça marche aussi avec les bébés, mais ça fait beaucoup d'efforts pour une simple conversation sans gêne. On conseille le chien, beaucoup moins engageant. 


Voilà, si avec ça vous n'arrivez toujours pas à entamer une conversation, venez nous voir on vous coachera personnellement, promis. En attendant on vous fait des bisous, ça vous va ? 

Fin des articles