Toutes ces fois où Bob l’Éponge a mieux compris la vie que nous

Il y a des nouvelles plus tristes que les autres. Stephen Hillenburg, le créateur du dessin animé préféré de tout les kidz des années 2000 devenus toxicos, sir Bob l’Éponge, est mort à 57 ans. L’occasion de revenir sur ces fois où notre bien-aimé personnage jaune a eu une longueur d’avance sur nous. BOB L’ÉPONGE CARRÉÉEE !!

N.-B. : Vous ne serez jamais aussi fan du célèbre dessin animé que ma petite sœur. Elle a pleuré pendant littéralement 24h quand ils ont arrêté de le diffuser sur Télétoon.


No gender needed

Lancé en 1999, ce dessin animé d’un nouveau genre (tu l’as ?) irrite la droite religieuse et conservatrice américaine en mettant en avant un personnage principal asexué ou du moins au genre ambigu. Stephen, le créateur, n’a pas attendu 2018 et les débats sur le genre actuels pour mettre sur le devant de la scène un personnage de fiction, destiné aux enfants qui plus est, au genre non défini. Bravo !


Rien ne sert de courir, il faut partir à point

Avant de créer Bob, son créateur était professeur de biologie marine et grand passionné d’océans. Sans doute plus axé sous-marin que Range Rover, Stephen semble avoir un léger problème avant le permis de conduire. Aussi, il l’a fait passer à son héros 48 fois. QUARANTE-HUIT fois. Ça décoince un peu sur la hausse du carburant, non ?


Bob l’Éponge = positivité trois mille

Qui d’autre que les habitants de Bikini Bottom pour continuer à vivre une relative dolce vita alors même qu’ils sont tous les victimes d’essais nucléaires ? Tout de suite ton double date boring de ce soir a l’air plus surmontable, hein ?


Adios Stephen
et merci pour tout <3

Fin des articles