Coup de cœur : les meilleures crêpes libano-bretonnes de Paris

undefined 1 février 2024 undefined 19h47

Rachel Thomas

C'est en distribuant les magazines dans l'est parisien un jour de janvier à -2° et la faim au ventre que nous sommes tombés nez à nez avec cette mini devanture toute jaune, dont la fenêtre entr'ouverte dégageait une épaisse fumée aux effluves alléchantes. Une odeur de Bretagne. Une odeur de crêpe. Avec une petite particularité.


Une crêperie franco-libanaise

Guidé par notre nez affuté, on se précipite pour se réfugier à l'intérieur de cette petite échoppe. Tout de suite accueillis par Julien, un grand blond au grand sourire, il nous fait une petite place sur une des trois tables. En découvrant la carte, nos yeux s'arrêtent, surpris, sur quelques termes semblant sortir du lot. Labneh, zaatar, fatayer... des ingrédients que l'on retrouve plutôt chez un traiteur libanais. Et pour cause.

« Mon papa était d'origine libanaise, et peu avant de nous quitter, il m'a confié que son rêve était d'ouvrir un restaurant avec ses enfants, donc quand je me suis associé avec Marie, une maître-crêpière rencontrée sur un marché en Haute-Savoie, pour ouvrir la crêperie. Il était inconcevable pour moi de ne pas y mettre une touche de mon papa » nous confie Julien. « Quand j'étais petit, le matin, il prenait du pain libanais, sur lequel il mettait du labneh, de la menthe fraîche, du concombre, les olives noirs grecques et un peu de zaatar, et moi j'ai décidé de mettre ça dans une galette. » Une idée de génie : les saveurs breto-libanaises se marient à la perfection

Une galette-saucisse façon Liban

« Une complète, une chèvre et une galette-saucisse s'il vous plait ! » Le verdict est sans appel : toutes les papilles sont conquises. Une en particulier nous fait chavirer le palais, la galette-saucisse façon Liban. « Il y a une spécialité très connue en Bretagne, la galette-saucisse, chez nous au Liban on a des saucisses makaneks, assez épicées, j'ai décidé d'en faire une galette-saucisse libanaise », nous explique-t-il. Coup de bol, place d'Aligre, il y a de quoi se fournir en produits orientaux. « J'ai toujours habité place d'Aligre et j'adore ce quartier, tout le monde se parle et se connaît, il y a un melting pot incroyable, j'achète même mes makaneks dans la boucherie libanaise d'à côté », nous raconte-t-il. 

Impossible de quitter les lieux sans goûter à la crèpe sucrée caramel beurre salé dingue de Marie qui prépare cette potion magique depuis 15 ans. Allez ciao, nous on repart en roulant ! 

Le Goeland d'Aligre
10, place d'Aligre – 12e
Plus d'infos