C'est décidé, Paris va devenir la capitale de l'amour pour tous !

Paris est attractive. Elle l'a toujours été. Elle l'est pour sa culture, sa tolérance, ses droits humains, la beauté de ses immeubles haussmanniens, sa gastronomie, son romantisme. Mais ce romantisme concerne-t-il tout le monde ? Pas sûr. Jean-Luc Romero-Michel, maire adjoint apparenté PS à la mairie du 12e, a proposé un rapport détaillé pour y remédier. 


Paris ville phare de l'inclusion et de la diversité, c'est le nom exact dudit rapport, remis ce mardi 13 juin. Son but ? Faire de Paris la capitale mondiale des LGBT-friendly. Et c'est la maire elle-même, Anne Hidalgo, qui confiait cette mission de revalorisation sur l'identité LGBT à l'adjoint apparenté PS. Parmi les 52 recommandations, il y a des idées vraiment ingénieuses. Rien de révolutionnaire, juste du bon sens. Voici nos préférées :


Poursuivre la lutte contre les discriminations en organisant un événement annuel pour distinguer les personnalités LGBTIQ qui se battent à l'internationna

Jean-Luc Romero-Michel parle d'une cérémonie pour honorer des militants de la cause, notamment des associations, des personnalités ou des élus ayant œuvré pour la diversité. Dans l'hypothèse, elle aurait lieu à l'Hôtel de Ville. Les distinctions seraient divisées par catégorie et le jury constitué de personnalités du militantisme. Un message politique fort, et, dans le même temps, un moment de forte visibilité de solidarité internationale qui prouverait à quel point la France est sincèrement investie. 


Plus de Rainbow Flag dans les transports

Parce que c'est beau et pace que c'est une forme de soutien apporté. A l'occasion de l'évènement de l'Hôtel de Ville, il est proposé que les drapeaux multicolores soient affichés chez les opérateurs de transport type métro et abribus. Ainsi, ils prouveraient la sensibilité de Paris à acceuillir chaque année ce genre d'évènement...


Des évenements LGBTIQ pendant la semaine de la mode

Six fois par an, dans Paris, c'est la fashion effervescense. La Fashion week accueille des centaines de pointures (aux semelles rouges) de la mode du monde entier. Ces évènements sont associés à des valeurs avant-gardistes, au luxe, à la création. La culture Queer et celle LGBTIQ diffusent des valeurs similaires. L'idéal serait donc de profiter des 400 millions d'euros de bénéfices que l'événement procure à la Ville de Paris chaque année pour organiser des événement marquants LGBTIQ autour des Fashion Weeks. Pourquoi pas ?


Création d'un kiosque d'information réservé au tourisme LGBTIQ

Jusqu'alors rien n'existe et les touristes non-hétérosexuels à la recherche d'activités spécifiques sont la plupart du temps redirigés vers le Centre LGBTIQ Paris. A Amsterdam, il existe par exemple un "Pink Point" - point d'info touristique consacré à l'offre LGBTIQ. A Paris, tout reste à créer.


Réaffirmer l'héritage historique de la communauté LGBTIQ à Paris 

Il n'y a pas que le Marais qui existe. Avant, la communauté LGBTIQ se retrouvait aussi à Saint-Germain, dans le quartier de l'Opéra et celui des Halles. Dans le quartier de Montmartre, également, jusqu'aux Années Folles. Ce sont des intellectuels illustres et homosexuels qui avaient rendu les lieux mythiques : Proust, Colette, Wilde, Yourcenar... L'affichage dans l'espace public de la place historique qu'ont occupée ces communautés reviendrait à rendre à César ce qui est à César... ou à Yourcenar ce qui est à Yourcenar.


En tout, ce sont donc 52 recommandations qui figurent dans le rapport. Largement de quoi dépoussiérer, revitaliser et réinjecter un peu d'ouverture d'esprit à une France parfois un peu trop tradi. L'activisme de Jean-Luc Romero-Michel semble en tout cas nécessaire.

Pour consulter l'intégralité du rapport, c'est ici.