Les messages d’information de la RATP vont bientôt changer

undefined 27 janvier 2023 undefined 17h22

Auriane Camus

Chaque semaine, c’est la même chose : « Incident d’exploitation », « difficultés d’exploitation »… Il n’est pas rare d’entendre ces messages sur les quais du métro pour justifier des problèmes de circulation, surtout ces dernières semaines en raison de la pénurie de conducteurs, et des incidents à répétition.

Eh bien sachez que cela sera bientôt terminé ! Non, non, on ne parle pas des difficultés de circulation (si seulement), mais bien des messages un peu “fourre-tout” donnés par la RATP aux usagers patientant sur les quais ou dans les rames. C’est en tout cas la promesse faite par Jean Castex.


Des vœux et un engagement

C’est à l’occasion de ses vœux, mardi 24 janvier 2023, que le nouveau patron de la RATP a exprimé son mécontentement à propos du manque de transparence des annonces faites en cas d’incident. « Quand on est sur le quai et qu’on vous annonce qu’il y a des difficultés d’exploitation, j’ai envie de dire “on s’en était aperçu” » a-t-il confié en souriant. Il a ensuite sous-entendu que des progrès allaient être faits en la matière : « C’est un engagement que j’ai pris ».


Des informations plus précises

Actuellement, lorsque la RATP évoque des « difficultés d’exploitation », il peut s’agir aussi bien d’un problème de voie (aiguillage), que d’un train immobilisé, une porte coincée, des personnes sur les voies ou encore un signal d’alarme tiré à bord d’une rame… Bref, tout et n’importe quoi.

De leur côté, les « incidents voyageurs » rassemblent eux aussi un spectre très large de possibilités : usager blessé ou malaise, rixe, forte affluence, animal sur les voies, chute accidentelle, objet sur les voies, bagage abandonné, trainsurfing (voyageur sur le toit du train), etc.

Si ce changement ne risque malheureusement pas de régler plus vite les incidents de circulation, ils permettront néanmoins de mieux informer les usagers : « si on leur dit ce qu’il se passe le plus précisément possible, c’est une façon d’être mieux considéré et d’accepter un peu mieux la situation », a indiqué l’ancien Premier ministre.