Pasta, Vespa, dolce vita : un week-end dans la ville éternelle de Rome

  • Sarah Leris
  • Destinations
  • Publié le 14 Avril 2022 à 18h42
Forum Romain © Davide Oricchio

Les beaux jours reviennent, et avec eux, la méchante envie de lézarder au soleil un Spritz à la main, d’engloutir des pasta all’arrabiatta ou de se la jouer Lizzie McGuire sur une Vespa dans la ville éternelle. 3 jours dans Rome, andiamo.

Quand on décide de booker ses billets pour Rome, on sait à quoi s’attendre. Une lumière jaune comme nulle part ailleurs, des glaces, des pâtes et des pizze à en faire tourner la tête, de l’art à chaque coin de rue et un temps à faire pâlir de jalousie les copains restés dans l’hexagone. Et puis le Colisée, la fontaine de Trévi, le Panthéon… Bref, on imaginait mal Rome nous surprendre encore. Et pourtant. Tour d’horizon d’un week-end qui frôle la perfection dans la ville éternelle, pour les connaisseurs comme les petits nouveaux, que tu sois capable ou non de commander toi-même ton cocktail en italien.

Je débarque à Rome, donc, après un petit trajet de 2h avec Transavia. Direction l’un des nouveaux hôtels les plus huppés de la capitale italienne : the Hoxton, tout juste ouvert et tout aussi stylé que son homologue français. Des cadeaux m’attendent en chambre - difficile d’être mieux reçue - et je jette rapidement mon dévolu sur l’avocado toast servi au petit-déj de Cugino, au rez-de-chaussée de l’hôtel mais servi au lit (la farniente, c’est italien, non ?). Avec ses 192 chambres tout droit sorties de la Grande Bellezza, son resto aux banquettes de velours, son lit dans lequel je m’enfonce et ses petites attentions qui font la diff’, le Hoxton vole rapidement mon coeur et chaque minute que j’y passe me fait en tomber un peu plus amoureuse. Mais pas de temps à perdre et tant de choses à goûter, mon estomac se prépare depuis des semaines à cette orgie culinaire, je file aussitôt chez Marziali 1922 à deux pas de l’hôtel pour leurs fameuses focaccia garnies. Quelques minutes de marche de plus et me voici dans le parc de la Villa Borghese pour un déj ensoleillé. Je suis joueuse, une barque me fait de l’oeil et c’est parti pour 40 minutes à alterner entre ramer et siester à bord avec vue sur le temple qui trône au centre du lac et les canards qui passent me saluer.

La romance à l’italienne

L’après-midi sera destinée à la découverte de la ville, et il y a à voir. La ville étant un musée à ciel ouvert, le plus pratique comme première approche reste la balade en Vespa avec mon chauffeur-guide personnel qui connait Rome comme sa poche. Des Thermes de Caracalla à la mythique via Appia en passant par la vue depuis la terrasse du Janicule, l’un des points culminants de Rome, j’en prends plein les yeux pendant 3h, je m’arrête grignoter dès que possible un cannolo et je termine dans le Trastevere avec ses sublimes placettes, ses églises ultra canons et ses mojito comme je les aime. À l’heure du dîner, je file chez Rimessa Roscioli, l’un des meilleurs bars à vins de la ville, et je joue des coudes jusqu’à une cave cachée complètement folle où, entourée des meilleurs vin nat’ du pays, je plonge ma fourchette dans le plat de pâtes dont j’avais tant rêvé (à accompagner du plus fameux des Chianti). Retour ensuite à la casa où le Cugino m’attend pour un dernier verre : avec son large comptoir et ses tables en marbres, on n’a pas trouvé meilleure adresse pour un café italien ni pour un cocktail avec son date en fin de soirée.

Nouvelle journée dans la citta eterna et, après une matinée à lézarder dans le nuage de coton qui me sert de lit, direction Le Serre by Vivi pour son fabuleux brunch servi sous la serre végétalisée - rien de mieux que ces cèpes rôties et ce pistachio latte pour faire passer la gueule de bois dominicale. Le reste de la journée se déroule à pied, entre le traditionnel jeter de pièce dans la fontaine de Trévi, les thrift shops où dénicher des merveilles et le Colisée au soleil couchant, et s’achève par un dîner de folie à la Balestra, à deux pas du Hoxton, petite adresse dans son jus tenue par des papa et mamma italiens et dont les pasta hanteront longtemps mes nuits. Avant de retrouver la France, les plus aventuriers pousseront la nuit jusqu’au Sanctuary, le club « comme à Tulum » (ne soyez pas effrayés par la file d’entrée, elle en vaut le coup), les autres se feront une petite proj privée dans le sous-sol de l’hôtel devant un classique du cinéma - je décide de rester dans le thème, j’aurais pu partir sur Vacances Romaines ou La Dolce Vita, ce sera Lizzie McGuire. On connait ses classiques ou on ne les connait pas.

Deux-trois adresses pour le week-end de tes rêves :

The Hoxton + Cugino + Beverly — Largo Benedetto Marcello, 220

Rimessa Roscioli — Via del Conservatorio, 58

Marziali 1922 — Via Po, 80

La Balestra — Via Simeto, 2/F

Sooteroma pour la plus stylée des visites guidées, en Vespa s’il vous plait

Le Serre by Vivi — Via Decio Filipponi, 1

 

Au printemps et cet été, Transavia prolonge sa route vers Rome. La compagnie propose jusqu’à 6 vols par semaine entre Paris-Orly et la capitale italienne, à partir de 34€ TTC l’aller simple.

Fin des articles