Les spectacles et concerts à voir en octobre à Paris

  • Zoé Stene
  • Spectacles
  • Publié le 7 Octobre 2020 à 11h12
Athénée Théâtre Louis-Jouvet © Mirco Magliocca

Ça y est, le ciel gris s'est imposé comme unique paysage à Paris. Ce qui veut dire qu'à partir de maintenant, mes chers amis, on privilégie les activités en intérieur, les plats réconfortants et tout autre petit bonheur capable de réchauffer nos cœurs. En voici une petite sélection, concoctée par la rédac' du Bonbon


L'invitation
au Théâtre de la Madeleine

Il y a les amis d’enfance, les amis que l’on voit, ceux que l’on ne voit plus ou pas assez. Et puis il y a Charlie. Charlie, c’est l’ami imaginaire que Daniel a créé pour tromper son épouse sans éveiller les soupçons. Charlie, c’était l’idée parfaite pour ne perdre ni sa femme, ni sa situation, ni son appartement, ni sa maîtresse. Jusqu’au jour où Catherine, sa femme, exaspérée peut-être, suspicieuse sans doute, demande à le rencontrer... Pour sauver son mariage, Daniel va donc devoir inviter à dîner un inconnu qui l’espace d’une soirée jouera le rôle de son meilleur ami. Une pièce divertissante comme on les aime.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Théâtre de la Madeleine Paris (@theatredelamadeleine) le

L'invitation
Théâtre de la Madeleine
19, rue de Surène – 8e

À partir du 22 octobre 2020 
Du mercredi au samedi à 21h
Samedi et dimanche à 16h30


Bach en mouvement
à la Seine musicale 
 

Réunis sur le plateau de l’auditorium de la Seine Musciale, l'on découvrira en toute intimité trois des célèbres Suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach interprétées par Noémi Boutin et rythmées par les incroyables jongleries de Jörg Müller, artiste circassien extraordinaire qui prend un malin plaisir à concilier la pure performance physique avec le théâtre, la danse et l’art contemporain.

La Seine Musicale
Île Seguin - Boulogne-Billancourt
Vendredi 9 octobre


La 5e symphonie
de Beethoven par l'orchestre philharmonique de Radio France 

Qui ne connaît pas les quatre notes initiales, ce « pom-pom-pom-pom » qui, selon certains, représenterait le destin qui frappe à la porte ? La Cinquième Symphonie de Beethoven est peut-être l’œuvre la plus célèbre du répertoire et fut, dès le départ, considérée comme étrange, audacieuse, renversante. Jean-François Zygel nous offre la magnifique occasion de (re)découvrir cette iconique partition. 

Maison de la Radio - Auditorium
116, avenue du Président-Kennedy – 16e
Samedi 10 octobre


Camille Chamoux au théâtre du Petit Saint-Martin 

Si Épicure, Proust et Léo Ferré n’ont pas suffi à vous convaincre de trouver le plaisir du moment présent, si votre vie ressemble à un décompte Waze et votre pire angoisse est qu’il soit déjà trop tard, venez vous essayer à une tentative de dédramatisation dans un temps imparti. 70 minutes pour défier le temps, et peut-être, comme dirait ce bon vieux Marcel, brièvement « cesser de se sentir médiocre, contingent, mortel ». L'humoriste et comédienne revient sur les planches du Petit Saint-Martin avec un troisième spectacle mis en scène par Vincent Dedienne et co-écrit avec Camille Cottin, eh oui, rien que ça ! 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par comme_un(e)... (@comme_un) le

Camille Chamoux, Le temps de vivre 
Théâtre du Petit Saint-Martin
17, rue René-Boulanger – 10e
Jusqu'au 14 novembre 2020


Départ volontaire
au Théâtre du Rond Point

« Je veux prendre une revanche sur la vie ! » Xavier, employé de banque arriviste, négocie son départ. Il fait ses plans sur la comète, veut créer sa boîte avec le pactole dû, chômage et indemnités. Mais l’entreprise le retient. Lente spirale vers l’enfer, Xavier intente un procès à la banque, perd ses moyens face à sa femme, sa mère et sa maîtresse, affronte une machine ultra-libérale qui le broie et le laisse à terre. Une pièce dans l'air du temps.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Théâtre du Rond-Point (@rondpointparis) le

Du 3 au 29 novembre 


Crésus
à l'Athénée Théâtre Louis-Jouvet

Mis en scène par Benoît Bénichou sous la direction musicale de Johannes Pramsohler, cet opéra chanté en allemand reprend la légende du roi Crésus. Il allie « la verve vocale à l’italienne et une orchestration à l’allemande, dans une histoire où se croisent guerriers, philosophes, traitres, amoureux, et serviteurs et truculents. ».

 © Mirco Magliocca

Crésus
Athénée Théâtre Louis-Jouvet
7, rue Boudreau – 9e
Jusqu'au 10 octobre 

Réservations 

Fin des articles