10 types de partenaires sexuels à avoir au moins une fois dans sa vie

© Love (Gaspar Noé, 2015)

Salut les bayzeurs ! Alors vous avez passé une énième soirée à vous saoûler au bar sans que rien ni personne (surtout personne) ne se présente ? Dommage, ça fait un peu mal à l'égo, mais que voulez-vous... c'est le game ! Pour vous consoler un peu, voici un article écrit avec grand soin, qui vous replongera avec délice dans les affres d'une nuit pourtant triomphale. 


Le plan Q d'un soir

Il est déjà tard, et vous avez déjà pas mal picolé. Au milieu des vapeurs d'alcool et des volutes de fumée troublant votre perception comme un brouillard matinal sur une route de campagne, un regard, qui vous retient alors que vous alliez quitter les lieux. Pas besoin de se parler pour se comprendre, vous êtes irrémédiablement attirés l'un vers l'autre. Une dernière clope à l'extérieur, quelques mots dits avec une fébrilité mêlée d'excitation, et vous vous enfoncez tous les deux dans la nuit, côte à côte. 

Kyle MacLachlan et Ming-Na Wen dans One Night Stand (Mike Figgis, 1997)


Le plan Q régulier

Il est déjà tard, et vous avez déjà pas mal picolé. Après un rapide coup d'œil à l'assemblée, il semblerait que la soirée ne vous offre rien à vous mettre sous la dent. Pourtant, vous avez sacrément envie de ken, il faut bien en convenir. Qu'à cela ne tienne, aux grands maux les grands remèdes, vous sortez votre smartphone, et vous apprêtez à contacter Michel.le, pour une énième partie de baise en tout bien tout honneur. Comme ça fait une paye que vous niquez ensemble, un raccourci astucieux sur votre téléphone vous permet d'envoyer rapidement le texto suivant : « t'es chez toi ? ». 


L'époux.se

Il est déjà tard, et vous avez déjà pas mal picolé. C'est l'occasion rêvée de vous adonner à une activité que vous n'avez pas pratiquée depuis belle lurette. Comment on appelle ça déjà ? Ah oui, faire l'amour. Mais est-ce bien d'amour dont il est question ? Après autant de temps passé ensemble, la flamme est-elle toujours allumée ? Évidemment vous dites-vous, le mariage n'est-il pas justement l'acte symbolique ultime visant à transformer un petit bouton d'amour en un champ dont les étendues fleuries s'étendent à perte de vue ? Attendez, vous disiez quoi déjà ? Ah oui, le sexe. Boarf, la flemme en fait. 

Matthew McConaughey dans The Beach Bum (Harmony Korine, 2019)


La/le fiancé.e

Il est déjà tard, et vous déjà pas mal picolé. Pourtant, le sentiment de complétude qu'apporte généralement cet état si délicieux est altéré par un sentiment de manque lancinant, qui vous mange doucement de l'intérieur. Votre tendre amour n'est pas là, juste quand vous en avez envie. Certes, vous en avez tout le temps envie. Vous vous mettez donc en tête de lui réserver un accueil des plus coquins. Pour ce faire, et malgré votre tête qui tourne sous l'abus de ce petit Sancerre bio, direction la salle de bain, ses rasoirs, ses crèmes, ses parfums. J'en connais deux qui vont encore bien s'amuser ce soir...


La/le collègue de taf

Il est déjà tard, et vous avez déjà pas mal picolé. Ces afterworks de pleine semaine qui dérivent en soirée sheitan, bordel, ça vous fatigue. Mais rien n'y fait, vous aimez beaucoup trop vos collègues. Enfin, certains plus que d'autres. D'ailleurs, ne serait-il pas temps de passer à l'acte avec Michel.le du pôle créa ? depuis le temps que vous vous tournez au tour... Tiens, le/la voilà qui approche justement avec un grand sourire béat et des yeux mi-clos. Après avoir échangé les banalités d'usage, vous prenez votre courage à deux mains, guidé par une envie irrépressible de faire du sexe : « chez toi ou chez moi ? ». Le malaise du lendemain faisant partie intégrante de l'expérience, ne vous inquiétez pas si, bizarrement, cette perspective vous excite, et (en)foncez. 


Le/la pote

Il est déjà tard, et vous avez déjà pas mal picolé. Vous savez que c'est une mauvaise idée, mais une mauvaise idée qui vous trotte dans la tête depuis que vous vous connaissez, donc bon... Et puis la proximité affective qui vous lie devrait logiquement se répercuter sous les draps, ce qui laisse augurer d'une nuit enchanteresse, sexuellement parlant. Le problème c'est, comme le chantait France Gall : comment lui dire ? Bah c'est votre pote, vous devriez bien trouver un moyen de "percer ses défenses". Pour tout ce qui est de la partie « ouais mais on va niquer notre amitié », répondez simplement « non, on va niquer tout court », et puis c'est tout. 

Mila Kunis et Justin Timberlake dans Sexe entre amis (Will Gluck, 2011)


Le membre de la famille

Il est déjà tard, et vous avez déjà pas mal picolé. Les dîners de famille qui s'éternisent, ça vous saoule, au propre comme au figuré. Il faut trouver un moyen d'animer un peu cette soirée. Tiens, le/la cousin.e Michel.le est vachement sexy ce soir non ? En plus il/elle a l'air aussi bourré.e que vous... Il est temps de faire d'un honteux fantasme adolescent une honteuse expérience sexuelle. Et puis ça posait de problème à personne y'a encore deux siècles, donc au diable la morale étriquée de nos sociétés modernes ! « Hé Michel.le, ça va ? Viens voir, j'ai chopé la bouteille de Prune à la table des vieux... »


L'amoureux.se transi.e

Il est déjà tard, et vous avez déjà pas mal picolé. Vous êtes fatigué.e, et ça fait une plombe que Michel.le vous drague ouvertement, comme à chaque soirée depuis que vous l'avez rencontré.e chez Magalie, sa meilleure amie. D'ailleurs c'est chelou leur relation là, ils sont meilleurs potes mais couchent ensemble de temps en temps ? Bah, ces coutumes sexuelles modernes, vous n'y comprenez de toute façon rien. Ce que vous avez compris par contre, c'est que Michel.le vous kiffe. Et si vous cédiez, ce soir ? Ok, après tout il/elle est pas mal foutu.e... mais il faudra se montrer dur.e, voire cruel.le, peut-être qu'il/elle vous foutra enfin la paix après...  

Ben Stiller et Cameron Diaz dans Mary à tout prix (les frères Farrelly, 1998)


Le cadeau du bon Dieu

Il est déjà tard, et vous avez déjà pas mal picolé. C'est donc en vous armant de la raison la plus élémentaire que vous décidez de rentrer chez vous, broucouille, comme on dit dans le Bouchonnois. Vous êtes un peu blasé quand même, car votre libido a passé la soirée à vous tirer gentiment la manche, sans jamais vous foutre la paix. Mais bon que voulez-vous, la vie nocturne parisienne n'est pas un ring duquel on ressort toujours le poing levé. Vous montez tranquillement vos escaliers en titubant, quand soudain, se tenant dans un halo de lumière, votre voisin.e, de palier et de cœur : « J'ai oublié mes clefs chez Michel.le, on s'est embrouillés... ». En le/la laissant vous précéder dans l'entrée de votre studio ne contenant qu'un seul lit et pas de canap', vous levez les yeux au ciel, les mains jointes, et vos lèvres forment le mot "merci". 


Le trou noir

Il est déjà tard, et vous avez déjà pas mal picolé. Allez, un dernier pour la route : « Excuse-moi ! mets-moi un shot de ton rhum arrangé là stp... ». […] 9h plus tard, vous reprenez doucement et douloureusement conscience. Vous ne connaissez pas ces draps, ni la personne allongée à côté de vous, qui ronfle paisiblement. Bon Dieu, mais qu'avez-vous foutu ? Impossible de vous rappeler. Vous collectez discrètement vos habits, et quittez l'appartement, non sans avoir sacrément galéré pour trouver la porte d'entrée. Une chance, Michel.le ne vit pas en coloc'. Dans le métro, vous vous dites que quand même ça craint, et vous jurez d'arrêter les shooters, au moins ceux au rhum arrangé... 

Fin des articles