D’après ce sondage, 1 jeune sur 6 pense que la Terre est plate

Shutterstock ; Aunt Spray ; Patrick Daxenbichler / Montage Le Bonbon

Si on vous dit que la Terre est plate, vous nous répondez quoi ? Qu’on est devenus complètement fous ? Pourtant, une enquête Ifop révèle bien qu’un jeune Français sur 6 est d’accord avec cette théorie (oui, au premier degré). Une statistique qui pique les yeux, on vous l’accorde. 

À l’origine de cette enquête se trouve la Fondation Jean-Jaurès et la Fondation Reboot, qui ont commandé à Ifop cette enquête* sur « les liens entre contre-vérités scientifiques et réseaux sociaux » auprès de jeunes entre 11 et 24 ans. L’entreprise de sondage montre donc une « sécession d'une partie de la jeunesse avec le consensus scientifique ». En gros, une partie de la jeunesse ne croit plus en la science.


Théories du complot et autres croyances

Dans ce sondage, plusieurs thèmes sont abordés. Théorie de la terre plate (16%), pyramides construites par des aliens (19%) ou encore faux voyage sur la lune pour les Américains (20%)... Et ce qui est intéressant à relever, c’est que souvent, les pourcentages doublent pour les utilisateurs quotidiens de TikTok.

L’astrologie occupe aussi une place importante dans cette enquête. 49% des sondés considèrent les signes du Zodiaque comme une science, contre 43% en 1999. Entrent aussi en jeu : la croyance aux esprits (48%), la réincarnation (35%), le paranormal (44%), le mauvais œil (10%) ou encore les fantômes (23%). Ifop fait ainsi le lien avec l’utilisation des réseaux sociaux : 69% des sondés les ont consultés le mois précédent l’enquête, et seulement 1 sur 10 ont consulté la presse écrite (web ou papier).


TikTok : le grand méchant loup ?

Ce que l’on retient donc de cette étude, c’est que les jeunes aujourd’hui s'éloignent de la presse traditionnelle pour se tourner vers les réseaux sociaux comme source d'information. Chez les sondés qui utilisent TikTok comme un moteur de recherche, 41% considèrent qu’« un influenceur qui a un nombre important d’abonnés a tendance à être une source fiable ». Une question de génération ? D’époque ? En tout cas, les auteurs de l’enquête alertent sur un manque de discernement.

*Sondage par questionnaire mené de fin octobre à début novembre auprès de 2003 jeunes entre 1 et 24 ans représentatifs de la société française

Fin des articles