Une supérette du 19e affiche une pancarte « interdit aux racistes »

© Twitter / CGT Pongivy

Le 5 mai dernier dans le magasin Franprix de la rue Bouret, 19e arrondissement. Le journaliste Florent Latrive publie sur Twitter la photo d'une pancarte d'un genre nouveau à l'entrée de la boutique : 

"A la suite de trop nombreux problèmes que certains trouvent normaux et qui tournent toujours autour de la couleur de peau des employés. Dans ce Franprix travaillent des arabes, des noirs, des asiatiques, des juifs, des blancs, et autres...Et respect aux femmes ! Donc le magasin est interdit aux racistes" peut-on lire. 

"Les insultes racistes viennent vraiment de tous les côtés, a expliqué Jean-Jacques le patron du supermarché franchisé à France Info, c’est quotidien et ça ne s’arrête jamais." Excédé, il rédige cette affichette il y a environ un mois, expliquant également au média ne pas avoir agi après un élément déclencheur mais plutôt par "colère" et "lassitude". Depuis qu'il a ouvert ce commerce en 2011, les insultes racistes à son encontre et à l'encontre de ses employés sont monnaie courante et particulièrement choquantes. Et après deux plaintes déposées, il ne se passe toujours rien...

"L'insulte la plus rapide, c'est 'sale juif' mais j'ai déjà entendu une femme de quarante ans me hurler au visage 'qu'on aurait dû tous vous finir dans les fours' " a-t-il déclaré au HuffPost.

Des insultes qui fusent le plus souvent lors d'un temps d'attente trop important en caisse, en cas d'erreur sur le rendu de la monnaie ou encore quand l'équipe surprend des voleurs. Avec cet écriteau, le gérant espère dissuader la clientèle causant ce genre de problèmes mais doute encore, avouant ne pas savoir si "ça va servir à grand chose"

Source