La pilule contraceptive pour homme arrive bientôt

© De Africa Studio / Shutterstock

Pilule, implant, stérilet, anneau vaginal, diaphragme... Depuis la loi Neuwirth de 1967, la contraception a tout l'air d'être une affaire de femmes. Mais bonne nouvelle : récemment, une équipe de scientifiques américains a annoncé que les tests de la pilule contraceptive pour homme avaient réussi. Serait-ce le début de l'égalité de la charge contraceptive ?

 

En France, 4 millions de femmes subissent quotidiennement maux de tête, poussées intempestives de bouton, prise de poids et sauts d'humeur. En France, 4 millions de femmes prennent la pilule.

La recherche s'est pourtant penchée sur la contraception masculine dès les années 60 : les injections de testostérones par exemple, dont l'efficacité est égale à celle de la pilule et dont les effets secondaires ont été jugés mineurs, ont même été autorisées en 1963 mais n'ont rencontrés aucune popularité. De même, le slip chauffant ne figure même pas sur le site gouvernemental choisirsacontraception.fr où 10 contraceptifs mentionnés sur 15 ne visent que les femmes.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Les Petits Gestes ???????? (@lespetitsgestes) le

Lors de la réunion annuelle de l'Endoctrine Society à la Nouvelle-Orléans aux États-Unis, des scientifiques ont annoncé que 11-beta-MNTDC, une pillule contraceptive pour homme, avait été mise au point. Mis à part quelques effets secondaires tels que fatigue, acnée et maux de tête (en somme, ce que les femmes subissent toute une partie de leur vie)... rien à signaler !

« Cinq hommes ont signalé une diminution légère de la libido, et 2 ont décrit un dysfonctionnement érectile léger, a déclaré le docteur Wang, professeure de médecine à l'UCLA de Los Angeles. L'activité sexuelle n'a pas diminué, aucun participant n'a arrêté de prendre le médicament en raison d'effets secondaires et tous ont réussi les tests de sécurité. »

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Et après ? (@_mavieapres) le

La seconde étape ? Des tests sur plusieurs mois. Si le traitement reste efficace, ils entammeront des études plus vastes puis élargiront leurs tests sur des couples sexuellement actifs. Le développement de la contraception masculine serait donc sur la bonne voie. D'ailleurs, ne faudrait-il pas accompagner ces innovations d'une évolution de nos mentalités ? Sans cela, il nous semble que la pilule masculine, tout comme les autres moyens déjà existants, risque bien de se retrouver sur la touche...

Fin des articles