Petit lexique des amoureux d'aujourd'hui

Difficile de s’y retrouver parmi tous les termes de plus en plus obscures qui entourent le monde impitoyable de l’amour. Parce que nos relations deviennent de plus en plus diverses et variées, notre génération redouble d’imagination pour mettre des mots sur les différentes situations et pratiques amoureuses. Même quand elles sont lâches et mauvaises. Un moyen sans doute d’exorciser les peines. Un nouveau love wording 2.0 à décrypter ASAP.


Les comportements


Le ghosting / le ghost

Plus de nouvelles de votre prétendant avec qui vous viviez pourtant une histoire idyllique ? Sans prévenir, s’il n’est pas décédé (et devenu un vrai fantôme), il vous a peut-être tout simplement ghosté. Une attitude un peu lâche qu’on retrouve surtout depuis l’existence des smartphones et réseaux sociaux. La rumeur court que c’est Charlize Theron qui a ghosté Sean Penn il y a 3 ans de cela, et que le mot a été inventé par Closer. Merci Closer


Le zombie-ing

Similaire au ghosting, sauf qu’au lieu de disparaitre à jamais, le zombie revient faire coucou de manière récurrente et excessivement énervante. Souvent quand ce dernier n’a plus de ressources amoureuses. Et souvent lors de votre anniversaire. Tous les ans. Avec un gentil message du style : « Ma belle Camille, j’espère que tu te portes au mieux, que la vie te traite bien dans tous les domaines… (blablabla) Ca te dit de prendre un verre pour rattraper le temps perdu ? »… Alors qu’il ne vous a pas adressé autre chose qu’un « bon annif’ » depuis 6 ans. Nope.


Le phubbing

On l’a tous vécu. On raconte notre journée à notre bien-aimé quand tout à coup, silence. Allo ? Y’a quelqu’un ? On se retourne et il a le nez dans son précieux téléphone. Pas moyen de le décrocher, vous êtes vexé, et il ne s’en rend même pas compte. Voilà le phubbing, un mal de tous les jours.


Le stashing 

Ça fait plusieurs mois que vous datez. Vous vivez la parfaite idylle. Le sex est cool. Vous êtes les meilleurs potes et passez le plus clair de votre vie ensemble. Il a même rencontré votre famille et vos meilleurs potes. Pourtant quelque chose cloche. Il nous vous a jamais présenté ses proches. Et quand vous réfléchissez bien, vous n’existez nulle part sur ses réseaux et il ne parle jamais de vous quand il est au téléphone. Vous venez en effet d’être stashé. Double-vie ou non, il y a de quoi poser des questions. 


Le breadcrumbing 

L’intéressé semble intéressé au départ. Pourtant il ne vous laisse que des miettes d'intérêt, à coups de « salut ca va ? ». Sans aller plus loin.


Le cuffing

L’été a laissé place à toutes sortes de folies, mais l’hiver arrivant, il va falloir se trouver un compagnon qui pourra réchauffer votre cœur (et votre lit). Il s’agit simplement de cette période où l’idée d’avoir un petit ami stable est beaucoup plus attirante que pendant les chaudes soirées d'été.


Le haunting

Contrairement au ghoster, le haunter disparaît tout vous hantant sur les réseaux sociaux. Il apparaîtra par exemple volontairement dans la liste des spectateurs de vos stories, histoire de garder une distance émotionnelle, tout en restant dans votre esprit. Il peut aussi liker une de vos photos, sans que cela veuille dire « je t'aime », mais plutôt « j'existe et je ne t'oublie pas ». Avant les réseaux sociaux, on aurait pu comparer le haunting à l'ex qui fréquente votre bar ou votre club préféré pour espérer vous y retrouver... 


Les nouvelles sexualités 


Demi-sexuel

Définie comme l’attirance qui ne devient physique qu’à partir du moment où l’attrait est émotionnel. Cette connexion peut être romantique ou sentimentale. L’idée est que la demi-sexualité se situe à mi-chemin entre asexuel et sexuel. Mais attention, ça ne veut évidemment pas dire que la demi-sexualité est incomplète, "à moitié développée", ou encore que l’attirance sexuelle sans un lien émotionnel soit nécessaire pour une sexualité "complète". Lire notre article dédié.


Sapiosexuel

Définie comme l’attirance sexuelle ou sentimentale envers des personnes intelligentes, instruites ou charismatiques. Le physique, l'âge, le genre ou le contexte social de la personne appréciée n'a généralement pas ou très peu d'impact. C'est beau. 


Polyamoureux

Ce mot qui mixe le grec et le latin signifie "amours multiples". En 1929, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir entamaient en précurseurs un « pacte de polyfidélité ». Dans la salle du Café de Paris, dans le 11e, Jeanne précise avant tout ce qu’est le polyamour : « ce sont des relations non-exclusives, sexuelles ou non, mais transparentes ». Comprenez ici que la tromperie n’existe pas chez les polyamoureux. L’idée est de tout se dire et de ne pas s’empêcher de « laisser fleurir une relation ». Lisez notre article dédié pour en savoir plus


Avouez-le, vous vous retrouvez un peu dans au moins un de ces nouveaux termes...