La Zone, l’exposition photo qui réconcilie Paris avec ses banlieues

undefined 26 septembre 2018 undefined 19h48

Marie-Carline

Si je vous dis la zone, vous me dites : terrains vagues, zonards, bidonvilles, friche. L'histoire de la zone que l'on va vous raconter, c'est celle de cette enceinte fortifiée créée en 1844, une zone militaire inconstructible, qui va accueillir dès 1926 40 000 zoniens. À l'époque, on ne les appelle pas encore les "zonards" ou "banlieusards". On vous propose une immersion photo dans ce Paris encore méconnu.  


Parler de la zone, c'est raconter l'histoire de ces Français, ouvriers, chiffonniers, journaliers, travailleurs pauvres relayés en périphérie de la capitale. Dans des roulottes, sans eau ni électricité, sans égouts, ils se sont créé "leur Paris", suscitant fantasme et mépris.

laZone-071-Photographe anonyme Zone de Gentilly France, vers 1939 Tirage argentique – 18 x 13 cm © Courtesy Galerie Lumière des roses
laZone-114-Photographe anonyme Baraque sur la zone de Saint-Ouen France, vers 1940 Tirage argentique – 18 x 24 cm © Courtesy Galerie Lumière des roses
laZone-048-Photographe anonyme Zoniers France, vers 1930 Tirage argentique – 11,2 x 16,5 cm © Courtesy Galerie Lumière des roses


Raconter ce Paris méconnu

L'exposition La Zone, c'est un travail de 10 ans d'archives, réunissant près de 150 photos d'anonymes, comme nous l'explique Philippe Jacquier, le commissaire de l'exposition. Il ajoute : « Ce n'est pas une exposition photo engagée mais nous avons eu envie de raconter la vie de ces gens dont on ne parle jamais sans fard, et faire découvrir au public une réalité qui fait écho aux bidonvilles existant encore à Paris. ». Une exposition qui a fait sens avec le temps, en récoltant, par hasard, dans des enveloppes aux puces, des clichés d'une histoire d'un Paris oublié ou méconnu.

laZone-083-Photographe anonyme Vue sur la Zone vers la Porte de Clignancourt, France, vers 1940 Tirage argentique – 18 x 13 cm © Courtesy Galerie Lumière des roses

laZone-108-Photographe anonyme Baraque de la Zone de Saint-Ouen France, vers 1940 Tirage argentique – 18 x 13 cm © Courtesy Galerie Lumière des roses
laZone-115 - Photographe anonyme Baraque sur la zone de Saint-Ouen France, vers 1940 Tirage argentique – 18 x 24 cm © Courtesy Galerie Lumière des roses


L'histoire du lieu et des hommes

Parfois la petite histoire rejoint la grande. Si Philippe Jacquier aime raconter l'histoire de la roulotte du roi du jazz manouche Django Reinhardt à Saint-Ouen, il est aussi très touché par la vie des petites gens. « Le reportage à Gentilly composé de clichés d'une famille pauvre mais digne, réalisé par le photographe Chifflot m'a marqué : c'est rare de voir l'intérieur des habitations de la zone », précise-t-il. « On y voit le dénuement, l'enfant qui dort, on devine le chien, pas d'eau et pas d'électricité, des conditions de vie très dures, qu'on retrouve dans les actuels bidonvilles de Paris. »

laZone-070 L. Chifflot, Zone de Gentilly France, vers 1939 Tirage argentique – 18 x 13 cm © Courtesy Galerie Lumière des roses
laZone-167 - Photographe anonyme Roulottes sur la zone d’Ivry France, 1913 Tirage argentique – 13 x 18 cm © Courtesy Galerie Lumière des roses
laZone-166-Photographe anonyme Baraque à vendre sur la zone d’Ivry France, 1913 Tirage argentique – 13 x 18 cm © Courtesy Galerie Lumière des roses


Emmener l'exposition sur la Zone plus loin

Si tous les clichés de la Zone sont à vendre, Philippe Jacquier espère trouver un acquéreur pour l'ensemble du corpus photographique. Et pourquoi pas « un passionné de l'histoire de la Zone qui continuerait les recherches et ferait grandir le fonds ». Et d'ajouter : « Avec des photographies humanistes, celle de Willy Ronis ou Eugène Aget, je pense qu'on peut emmener cette exposition sur la Zone beaucoup plus loin ». Et quand on voit déjà le succès de l'exposition auprès d'anciens zoniers comme Jacqueline, venue voir l'expo, ou du public venu nombreux au vernissage, on se dit que la Zone est sans limite. Et nous, cette idée nous plaît. 

laZone-159 Photographe anonyme Enfants de la « Zone » près de la Porte de la Villette France, 1940 Tirage argentique – 9 x 12,7 cm © Courtesy Galerie Lumière des roses

On a aussi craqué pour les mises en lumière contemporaines sur le thème de la Zone de deux artistes contemporains, Stéphane Goudet et Lucile Boiron. Au sein de l'exposition, ils interrogent par la vidéo ou la photo ces nouvelles formes de misère qui émergent aux portes de la ville.  


Galerie Lumière des Roses

12-14, rue Jean-Jacques Rousseau – 93100, Montreuil
À voir du 26 septembre au 8 décembre 2018
Ouvert du mercredi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous
Fermé les jours fériés