La monnaie locale parisienne arrivera au printemps

© Unsplash - Niels Steeman

Qui a dit que les grandes capitales avaient le monopole de l'innovation locale et solidaire ? Certainement pas la ville de Montreuil, qui s'apprête à démocratiser la pêche (photo ci-dessous), première monnaie locale francilienne, créée en 2014 par l'association une Monnaie pour Paris (MoPPa).


« On prévoit un lancement les 7 et 8 avril, d’abord dans les cinq arrondissements de l’Est parisien (Xe, XIe, XIIe, XIXe et XXe) », a déclaré Lucas Rochette-Berlon, coprésident de MoPPa. D'ailleurs, ils prévoient de changer le nom après une période (le nom de la "Seine" a été évoqué) mais aussi de créer des monnaies locales supplémentaires à Paris et en proche banlieue.

L'asso lancera d'ailleurs prochainement une campagne de financement participatif via KissKissBankBank : « On aura besoin de 135 000€ pour le lancement d’une monnaie papier et 450 000€ si elle est aussi électronique », précise Lucas Rochette-Berlon. Quant à l'éventuelle participation de la Ville de Paris, rendez-vous en février pour en savoir plus. 

A quoi ça sert ?

Après la crise économique de 2008, plusieurs villes françaises ont vu se créer leur propre monnaie locale (comme l'Eusko dans le Pays basque ou le Sol-violette à Toulouse) jusqu'à ce qu'aujourd'hui, on en compte une quarantaine. Son principal atout est qu'elle redynamise l'économie locale sur un territoire défini : ne pouvant pas se stocker sur un compte en banque, elle se dépense pour les achats du quotidien. Et pour ceux qui y penseraient, non, la monnaie locale complémentaire ne pourra pas remplacer l'euro, parce que c'est tout simplement interdit. 

Au total, on compte 800 adhérents particuliers pour une conversion de 180 000€ en billets de Pêche donc, à dépenser dans 80 commerces et entreprises locales.


Source