« C’est de la bouffe de merde ! » Le gang anti-malbouffe de Montorgueil contre McDo

© Le Bonbon

Dimanche, la manif' battait son plein dans le quartier de Montorgueil. Au croisement de la rue Réaumur et la rue des Petits-Carreaux, une centaine de personnes manifestaient contre l’ouverture d’un McDo géant de 500 m2 sur trois étages. Les casseroles s’entrechoquaient et les pétitions se signaient sous le regard du maire du 2e. Alors, ce combat façon David contre Goliath peut-il encore être gagné ?


Des curieux observent la scène, mi-intrigués, mi-amusés. Le gang anti-malbouffe de Montorgueil a pris ses quartiers ce dimanche, sortant ses plus belles banderoles contestataires. Au début de la rue des Petits-Carreaux, un grand "M" barré trône fièrement. Ça fait 8 ans que le combat est engagé contre la construction d'une enseigne du géant américain à Montorgueil. La Mairie de Paris a déjà rejeté deux permis de construire en 2013 et en 2015. Mais McDo a gagné en justice et a commencé les travaux mercredi 13 septembre, « en douce » souligne Antoine, du collectif Pas de McDo géant quartier Sentier-Montorgueil. Mégaphone à la bouche, il rappelle que personne n’a été prévenu du début du chantier, pas même la Mairie. « Nous refusons que ce mammouth de trois étages défigure ce quartier qui a une âme. » Et de conclure le point levé : « longue vie à Montorgueil et merde à McDo ! »

Manif-montorgueil-mcdo


Des soutiens nombreux

Applaudissements appuyés et hochements de tête dans l’assemblée qui s’agrandit : « il y a un Big Fernand, un Bioburger pas loin et un McDo à Grands Boulevards, ça n’a aucun intérêt », déplorent Sandy et Johan, deux trentenaires qui habitent le quartier. Pour eux, la rue ne doit pas perdre son authenticité avec 500 m2 de fast-food. « En plus il y a des écoles à proximité, c’est vraiment pas terrible… ». Le couple part signer la pétition du collectif qui compte à ce jour à peu près 5000 signatures. Pour André Dufour, membre actif du mouvement, il y a une vraie sympathie pour le combat qu’ils mènent. « Les touristes trouvent que c’est incohérent et les jeunes trentenaires du quartier sont très hostiles. »

Paris-manif-Montorgueil-pétition


« Non au McDo, le McDo ça nous rend gros ! » 

Un petit garçon a subtilisé le mégaphone et s’époumone contre le McDo qui « rend gros », tandis que les casseroles continuent de tinter dans une ambiance familiale. La question des enfants du quartier est souvent mise en avant. Une politique a été menée par la Mairie dans plusieurs écoles pour avoir des cantines bio et pour éduquer les élèves à manger sain. « Il y a eu un gros travail qui a été fait rue du Nil avec les boutiques Terroirs d’Avenirs ou le restaurant Frenchie avec une volonté de bien manger. C’est comme si tout ce travail aller être sapé. C’est à 15 mètres d’une école. Les effets à long terme seront redoutables », poursuit André. Le collectif tracte, colle des affiches, envoie des mails, mais ça ne suffit pas pour contrer le géant McDonald's. D’autres soutiens se joignent à la ferveur collective, dont un certain Jacques Boutault, maire du 2e arrondissement. 

mcdo-manif-montorgueil-affiche


Jacques Boutault, l'irréductible maire du 2e

Élu EELV, Jacques Boutault est de tous les combats. Après avoir clairement affirmé son positionnement anti-JO, on le retrouve en chef de bande de la manif anti-McDo. D’ailleurs la pilule ne passe toujours pas : « Anne Hidalgo a dit "Les JO à Paris c’est que du bonheur", j’ai envie de lui dire, "le McDo à Montorgueil, c’est que du malheur !" ». Une fois le petit clin d’œil olympien fait, l’élu confirme que la Maire de Paris lui a affirmé son soutien mais qu’il attend désormais qu’un chemin concret soit trouvé pour arrêter la construction du fast-food. Jacques Boutault, qui connaît bien le quartier puisqu’il y vit depuis 25 ans, rappelle la spécificité de Montorgueil, de ses commerces de proximité et de leur savoir-faire. Galvanisé par les badauds qui s’attroupent, il balance au mégaphone : « Nous sommes à vos côtés, nous continuerons à nous battre. McDo Dégage, McDo dégage ! » Slogan qu’entonne la foule joyeusement.

mcdo-maire-2e-manifestationJacques Boutault, maire du 2e au micro, © Le Bonbon

Pour le maire du 2e, le gros problème, c’est que ce ne sont pas les élus qui font la loi mais les multinationales : « c’est le pouvoir de l’argent» Avant de lâcher : « c’est insupportable, c’est de la bouffe de merde ! » Alors que reste-il à faire ? De toute part, on promet de ne pas lâcher l’affaire et de continuer le combat. Du côté de la Mairie de Paris, les solutions juridiques sont épuisées. Reste à savoir si médiatiquement, un engouement pourrait inverser la tendance. Le sujet devrait être abordé au prochain conseil. Une petite rencontre avec Ronald peut-être ?

Mcdo-dessin-enfant-manifestation