La Clef : les occupants du dernier cinéma associatif menacés d’expulsion

La Clef : les occupants du dernier cinéma associatif menacés d’expulsion ©IStock

La Clef, emblème de l’expérience cinématographique associative et collective, fait face à une nouvelle pression d’expulsion. Les occupants organisent toute la semaine du 24 au 30 janvier, des portes ouvertes pour préserver son indépendance.

Une nouvelle semaine de mobilisation pour le Cinéma La Clef. En bataille juridique depuis 2018 face aux spéculations immobilières, ce lieu emblématique du cinéma associatif met les bouchées doubles pour garder son indépendance. Au programme, 500 films diffusés, pour près de 15 000 spectateurs. Cette semaine de portes ouvertes est aussi un moyen de montrer celles et ceux qui soutiennent ce lieu : des grands noms du cinéma, ainsi que l’Université Paris 8 et Amnesty International.

Historique du lieu

C’est en 1973 que La Clef fait son apparition en plein cœur du 5e arrondissement de Paris grâce à Claude Frank-Forter, le fondateur. Trois salles, pouvant accueillir jusqu’à 409 personnes, pour une programmation dédiée à la découverte des petits nouveaux du cinéma, pour qui la carrière cinématographique s’annonçait prometteuse. Les grands cinéphiles de tout âge qui fréquentaient La Clef, pouvaient aussi profiter de la diffusion de « films classiques réputés » avec des prix plus attractifsUne prospérité qui a duré près de sept ans. En 1981, le complexe doit fermer ses portes. Pour cause ? L’arrivée en trombe de la télévision à un prix plus accessible pour un grand nombre de foyers. C’est la crise pour le monde du cinéma et de nombreuses salles sont contraintes de fermer. 


Le déclin 

Claude Frank-Forter fait finalement la bonne rencontre. L'acquéreur du lieu ? Le comité d’entreprise de la Caisse d’Epargne d’Ile de France, qui souhaite ouvrir un lieu culturel dans Paris. Les deux salles restantes sont mises à disposition pour des associations. Et l'identité culturelle que l’on doit à La Clef aujourd’hui, a définitivement été forgée par Sanvi Panou, à la tête de l’association « Images d’ailleurs », qui se concentre sur des œuvres issues de cultures sous-représentées. « Images d’ailleurs » est devenue « Le Cinéma La Clef », et continue de proposer une programmation unique dans Paris. Mais dès 2015, c’est le début des complications. Le conseil social et économique de la Caisse d’Epargne met en vente La Clef. Concrètement, les grands fervents de ce lieu "iconique", ne lâchent pas l’affaire. À partir de 2019, La Clef est occupée par des professionnels du cinéma, des collectifs, des réalisateurs et autres artistes tout droit sortis de squats artistiques. Dans une contexte incertain côté sanitaire et social, puis dans une ère de privatisation cinématographique par les grands groupes de plateformes de streaming, La Clef défend le septième art comme une expérience collective

Au programme cette semaine

Après plusieurs rebondissements juridiques, les occupants sont menacés d’expulsion dans la semaine du 24 janvier. Pour lutter contre cette spéculation immobilière, La Clef met en place une semaine de portes ouvertes. Tous les jours, des projections sont organisées entre 6h et 22h, ainsi que des rencontres avec des personnalités comme Alejandro Jodorowsky et Leos Carax. Au programme aussi : musique, jeux, goûters collectifs et la mise en place d’un laboratoire photo. Le tout à prix libre, pour permettre de soutenir les occupants du lieu. 

Retrouvez tout le programme sur le site du Cinéma La Clef.

Fin des articles