Allumer la clim' pendant la canicule : un cercle vicieux sans fin

© Chistoprudov Dmitriy - Shutterstock

En cette période de canicule, nous sommes nombreux à trouver un peu de répit et de frais en allumant notre climatisation. En France comme dans le monde entier, les installations de climatiseurs augmentent à vitesse grand V et menacent l’environnement.


En bref, on se mord la queue. RTE, le gestionnaire du réseau électrique français, tire la sonnette d’alarme. Alors que nous faisons la sieste tranquillement au frais grâce à notre clim', la consommation d’électricité explose. Le pic de consommation en France est prévu pour aujourd’hui, avec 58 100 mégawattheures. Les conséquences de cette surconsommation d'énergie pour les climatiseurs sont nombreuses et concernent l'ensemble de la planète.

Eh oui, les climatiseurs représentent 10 % de la demande mondiale d’électricité, ce qui est colossal. L’Agence internationale de l’énergie a dévoilé ce chiffre, inquiète de l’impact des climatisations sur le climat. L’AIE prévoit un triplement de la consommation d’énergie pour la climatisation d’ici 2050, jusqu’à 6 200 térawattheures.

La consommation d'électricité représentant un des plus grands émetteurs de CO2, les émissions de dioxyde de carbone liées à la climatisation devraient doubler d’ici 2050 pour atteindre 2 milliards de tonnes. Encore pire, les appareils produisant du froid contiennent des fluides frigorigènes qui, une fois lâchés dans l'air, ont un très puissant effet de serre.

En somme, sans se priver absolument de la climatisation, il faudrait améliorer l’efficacité énergétique des futurs climatiseurs, afin de réduire la demande en énergie des appareils. Objectif raisonnable d’après les spécialistes, surtout quand on voit les progrès ainsi que les règlementations mises en place à l’échelle européenne vis-à-vis des appareils réfrigérants comme les frigos, par exemple. Petit à petit, les appareils notés E disparaissent pour laisser place à des engins beaucoup moins gourmands.

En attendant les progrès technologiques, privilégiez le bon vieil éventail quand c'est encore possible...

Fin des articles