Les sculptures les plus chelou de Paris

undefined 16 novembre 2017 undefined 17h48

Manon Merrien-Joly

Très chers bonbons, la bizarrerie étant subjective (tout comme le mauvais goût), nous avons rassemblé les statues les plus loufoques de la capitale (selon nous). Les connaissez-vous toutes ? Quelques indices : allusion phallique, décapitation et sexe post-mortem au programme. Parfait pour commencer sa journée. 


Le Pouce de La Défense

Un beau bébé de 12 mètres de long et 20 mètres de large qui représente le pouce de son auteur (César Baldaccini dit César) agrandi. Il réalise ce pouce après avoir découvert le principe de l'agrandissement pantographique, réalisant alors l'empreinte de son propre pouce dans un moulage de 40 cm... en plastique translucide rose. Constatant le succès de son Pouce (et de sa symbolique phallique), il le dupliquera en différentes tailles et matériaux.

Place Carpeaux - Puteaux


Le Dragon de la Villette

Plus toboggan que sculpture, ce dragon n'en est pas moins chelou pour autant : inauguré en 2015, c'est le quatrième du genre, le tout premier ayant vu le jour dans les années 70, réalisé à partir de matériaux de récup' par François Ghys. « Le dragon fait à peu près 80 mètres de long, et sa langue, qui sert de toboggan, en fait 24. Pour accéder au toboggan, c’est tout un parcours de jeux : il faut monter sur un filet pour pouvoir monter dans le corps et s’engouffrer pour descendre en glissant », explique Pascal Eudier (employé à la Direction de l’Exploitation et de l’Aménagement). N'ayant pas encore réussi à savoir si ce dragon est chelou, flippant ou les deux, on vous laisse le faire.

Le jardin du Dragon au Parc de la Villette - 19e


La fontaine de la place du Québec

Cette fontaine de bronze, conçue par Gindre et Daudelin et offerte à la ville par le gouvernement québécois en 1984 s'est aujourd'hui surtout muée en spot de skate. A éviter en rentrant d'une soirée un peu trop arrosée. 

Fontaine l'Embâcle, place du Québec - 6e


Écoute

Il y a un proverbe français qui dit : "Ecoute les conseils de tous et prends celui qui te convient". Une chose est sûre, la statue réalisée par le sculpteur Henri de Miller (et commandée en 1986 par la Ville de Paris ) renferme beaucoup de secrets et aura sûrement un conseil providentiel à te donner. La tradition serait de s'asseoir sur un des doigts de l'œuvre comme tu t'asseyais sur les genoux du père Noël quand tu étais enfant. Libre à toi de tester. 

Place René Cassin - 1er


La statue de Saint-Denis

Il paraîtrait que ce cher Denis, premier évêque de la capitale et patron de Paris et de la Seine-Saint-Denis, serait l'iconographie fréquente des martyrs décapités. Selon d'anciens récits, le saint se serait effectivement relevé, aurait ramassé sa tête, et marché jusqu'au lieu de sa sépulture. "La tête haute", ou presque. Sa statue trône actuellement dans le square Suzanne Buisson, du côté de Montmartre. 

2B, impasse Girardon - 18e


La tombe de Victor Noir

La plus "nécro-romantique" des tombes parisiennes se trouve être celle de Victor Noir, journaliste, symbole républicain tué par le cousin de l'empereur Bonaparte, le prince Pierre-Napoléon du même nom. Dans les années 1960, deux étudiantes sont intriguées par la proéminence de l’attribut viril de cette tombe et lancent la rumeur selon laquelle frotter le sexe de la statue procurerait fertilité et virilité (en témoignent les parties lustrées), lui toucher les pieds permettrait de rencontrer l’amour de sa vie, l’embrasser sur les lèvres, le nez ou le menton ramènerait un être cher… alors que certains font un signe de croix afin de bénir la statue. 

Cimetière du Père Lachaise - 20e


Le Centaure 

Une autre sculpture de César dans ce top, celle du Centaure : en hommage à Picasso (représenté à travers le masque sur le front du centaure), il réalise entre 1983 et 1985 cette créature mi-homme mi-cheval avec un fusil qui lui sort de la croupe. Le corps est composé d'un assemblage de modelages et d’objets usuels coulés dans le bronze et de plaques métalliques. Pour la petite anecdote, une statue de la liberté miniature a été placée dans la sculpture : saurez-vous la retrouver ?

2, place Michel-Debré - 6e


La tête de Méduse

C'est à Thomas Regnaudin (1622-1706) que l'on doit cette tête de Méduse sur la porte cochère de l’hôtel Amelot de Bisseuil, dans le Marais. Une fois de plus, on vous conseille de l'éviter en rentrant de soirée. 

47, rue Vieille-du-Temple - 4e


La sculpture-fontaine de Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle

Si vous êtes des habitués de Beaubourg ou des environs, la fontaine Stravinsky (ou fontaine des Automates, pour les intimes) vous sera forcément familière. D'ailleurs, cet ensemble de 16 sculptures est une commande publique commune au Centre Pompidou, à la ville de Paris et au ministère de la Culture. Qu'est-ce qu'on y voit ? me demanderez-vous. En hommage donc au compositeur russe, on peut y contempler La Sirène, La Vie -, L'Amour, Le Serpent, La Mort...

2, rue Brisemiche - 4e