"Kurt" de Laurent-David Samama, on l’a lu et on vous dit ce qu’on en pense

  • Tiphaine
  • Pop Culture
  • Publié le 20 Février 2017 à 00h00

On a décidé de vous parler du premier roman de Laurent-David Samama, journaliste rock et désormais romancier. Son premier roman, Kurt, aux éditions Plon, imagine les pensées de Kurt Cobain face caméra, comme s’il voulait laisser une trace dans l’Histoire.

Le récit est écrit à la première personne et retrace en trois parties la vie de Kurt : Nirvana et les tournées, son mariage avec Courtney Love et la naissance de sa fille Frances Bean. Il imagine un Kurt Cobain face caméra, dans sa chambre, avant chaque chapitre.


De l'enfance au rock

Au début du livre, le lecteur a le sentiment de lire le journal intime d'un adolescent, qui essaye de se confier sur ses peurs. On découvre cet enfant d’Aberdeen, rebelle dans l’âme, qui fait de la musique pour échapper à la réalité, celle de la cruauté du monde. On le suit jusqu'à Nevermind, deuxième album de son groupe Nirvana. On découvre leur apprentissage dans l'univers de l'enregistrement - « comment mettre des chansons en boîte » - et le succès, qu'il met vite en question. 

Extrait :

« Salut la compagnie ! Aujourd’hui, instant réflexion, le succès. C’est quoi finalement le succès. J’vais vous dire : une putain de villa à L.A, un loft à New York, une Cadillcac et un hélico, du champagne et des bimbos. Des nichons gros comme des ballons. De la coke, du crake et du chichon… bas, moi, tout ça, ça ne m’intéresse pas, ça te bousille le cerveau, tu perds le sens des réalités. Ta gueule en une de Rolling Stone, ta gueule en boucle sur MTV, t' es baisé ! La voilà la célébrité qui vous fait tous bander : tu ne t’appartiens plus parce que tu appartiens à tout le monde. »

Dès les premières pages, Kurt annonce la couleur du succès. L'écriture est à la fois libre et personnelle. Le protagoniste s’adresse à toute une communauté derrière sa caméra. C'est un paradoxe, quand on sait qu'il détestait la télévision, surtout la chaîne MTV qui « fabrique des stars »


La rançon du succès

Le roman raconte les tournées, et comment Kurt qui à la base aimait ça, se lasse rapidement de cette vie. A travers l'exemple de Nevermind, l'auteur décrypte le glissement progressif qui mène une chanson à devenir la propriété du public, et non plus des musiciens. La rançon du succès s'affirme dans les mêmes tonalités que celles que Kurt avait prédit. Plus on avance, plus on a le sentiment de lire un adulte qui perd peu à peu le contrôle de sa vie. Cet artiste, qui avait un besoin puissant de s'exprimer, semble dépossédé de son seul moyen d'expression, Nirvana. 

Kurt Cobain - Icône


La vie privée de Kurt Cobain

L'autre pan du livre, c'est la vie privée de l'artiste. Courtney Love, son épouse, comment il l'a rencontrée et en est tombé amoureux. Ils se sont mariés et ont eu une fille ensemble : Frances Bean. Courtney Love était chanteuse de rock, dans le groupe féminin Hole, mais l'histoire de Courtney nous est racontée du point de vue de Kurt Cobain, avec son œil observateur, ses senstations, ses sentiments, et ce qu'il éprouvait pour elle.

Extrait : 

« La première fois que j'ai vu l'amour avec un grand L, un L comme Love, c'était à un concert des Dharmas Buns, à Portland. Nous étions en 1989, Courtney habitait Eugène, ville de l'althétisme, elle traînait beaucoup déja sur Portland et Seattle. En ce temps-là, elle arborait un look à la Madonna. à l'intérieur : ça bouillonnait. »


On apprend aussi à connaître sa fille, Frances Bean, et comment il l'aimait, il la chérissait. Il voulait lui donner la meilleure vie possible et ne pas reproduire ce que lui avait vécu, c'est-à-dire le divorce des parents, le fait qu'il faille suivre la voie du paternel, pour qu'elle puisse s'épanouir. 

Extrait :

« Frances est née le 18 août 1992 au Cédars-Sinai Medical Hospital de Los Angeles. Elle dispose d'ores et déjà de tout ce dont elle a besoin, il y a beaucoup d'argent sur son compte en banque. Le chiffre 18, comme le jour de sa naissance, suivi de beaucoup de zéros. Des petits ronds qui lui permettront d'être libre lorsqu'elle trouvera, un beau jour, un sens à sa vie. Frances n'a jamais subi de mauvais traitement, elle est notre trésor, nous la chérissons. » 


Kurt Cobain avait du mal à supporter la pression médiatique, surtout quand la presse s'en est pris à sa fille, après avoir attaqué son couple. Dès sa naissance, Frances Bean n'a pas été épargnée : « fille de junkies dès son premier jour, on a déblatéré ignoblement sur son compte, raconté qu'elle présentait des symptômes de manque avant même de pouvoir engloutir son premier biberon. Des journalistes ont écrit que ce bébé serait pour nous, ses parents, un test ultime pour déterminer si le couple Love/Cobain était fiable. »  

L'auteur imaginera le suicide de Kurt Cobain, le mimera sans pour autant l'expliquer vraiment, laissant cette interprétation au lecteur. 


Un très bon roman, pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire du leader de Nirvana, ainsi qu'à son histoire personnelle.

Fin des articles