[BD] L'histoire méconnue d'Alice Guy, première réalisatrice française

© Casterman

Dans un roman graphique aussi esthétique que complet, Catel et Bocquet rendent hommage à Alice Guy, première réalisatrice française et grande oubliée de l'histoire du cinéma. Au programme : des échanges musclés dans un milieu essentiellement masculin, une belle dose d'ambition et les coulisses de l'apparition du septième art dans le Paris du début du 20ème siècle.

Le 7 septembre dernier, la réalisatrice Maïmouna Doucouré recevait le prix Alice Guy pour son film Mignonnes au cinéma Max Linder. À cette occasion, elle se déclairait très admirative du parcours de la première réalisatrice française, "et triste de voir à quel point elle avait été invisibilisée, comme tant d’autres femmes qui ont marqué l’histoire."

Après Kiki de Montparnasse, Olympe de Gouges et Joséphine Baker, Catel et Bocquet mettent en lumière une autre de ces pionnières dont l’empreinte, majeure, a été éclipsée au profit de celle des Lumière, Gaumont et autres Pathé. Née en 1873, Alice Guy contribua, elle aussi, à la naissance du cinéma : elle fut la première réalisatrice, scénariste, productrice.

Des Buttes-Chaumont aux Saintes-Maries-de-la-Mer

"Le cinéma est d’abord un divertissement de foire qui en est à ses balbutiements et c’est pour elle un terrain d’expérimentation créative. Dès que les choses deviendront plus sérieuses – en termes de commerce –, c’est parce qu’elle a déjà une solide expérience qu’Alice devient la directrice des stu- dios Gaumont aux Buttes-Chaumont, sur les hauteurs de Belleville, à Paris, retrace José-Louis Bocquet. Quand elle arrive aux États-Unis, en 1907, l’industrie cinématographique débute tout juste. Elle accompagne cet essor en créant son propre studio et en s’imposant comme productrice et réalisatrice à succès ! Alice est une pionnière, dont le destin est en résonance perpétuelle avec l’histoire du cinéma, son économie et ses évolutions techniques." 

En plus de découvrir le Paris du début du 20ème siècle, des Buttes-Chaumont à la place Saint-Germain, on s'immerge dans le monde du cinéma de l'époque. On traverse les décennies aux côtés de cette dame au caractère bien trempé, de son pensionnat de jeune fille à Ferney-Voltaire, à l’immeuble de la rue de l’Atlas à Paris où elle s’est installée à son retour des États-Unis, en passant par Les Saintes-Maries-de-la-Mer où elle a rencontré l’homme de sa vie. On ne vous en dit pas plus, on laissera vos yeux galoper sur les bulles plus vite que votre trajet de métro ne le permet...

Alice Guy, de Catel et Bocquet aux éditions Casterman, 400 pages, 24,95€
Plus d'infos

Fin des articles