Ce restaurant parisien fut la cantine de Gustave Eiffel et d'Auguste Bartholdi

undefined 28 mars 2024 undefined 12h05

Auriane Camus

Il est de ces adresses à l’histoire si incroyable, à l’âme si prenante, qu’on aurait presque peine à croire qu’elles existent vraiment. Au cœur du quartier de la plaine Monceau, dans le 17e, À l'Improviste est de celles-là. Derrière ce restaurant à la devanture ancienne se cachent Mario et Nadine, un couple de septuagénaires d'origine lorraine – tous deux issus de familles de restaurateurs – accompagnés de leur fils Julien.


Une histoire hors du commun

Tout commence en 1881. À peine construit, le numéro 21 de la rue Médéric accueille déjà un bistrot de quartier, proposant un seul plat du jour. Si, aujourd’hui, le bâtiment situé juste en face du restaurant abrite l'école hôtelière de Paris, à l’époque, il s’agissait de l'emplacement des ateliers Monduit-Gaget-Gauthier, autrement dit, le premier lieu de construction de la Statue de la Liberté avant qu’elle soit démontée et envoyée aux États-Unis. Rien que ça. Il n’était donc pas rare que M. Auguste Bartholdi, sculpteur de ladite tour, et M. Gustave Eiffel, son ingénieur, viennent déjeuner dans ce restaurant, aujourd’hui devenu repère des habitué·es du quartier. Au mur, les photos en sont d’ailleurs témoins.


© Yona Romet

Dans les années qui suivirent, le restaurant subsista sous le nom de La cantine de Gustave Eiffel jusqu’à tomber dans les mains de Mario et de Nadine en 2015. À l’époque, le couple de Lorrains vient de prendre sa retraite et cherche un endroit où « passer le temps », explique le chef : « J’ai toujours fait de la cuisine pendant plus de 50 ans et rester sans rien faire, c’est pas trop dans mes gènes. J’ai eu un coup de cœur pour l'établissement et je me suis dit “bon, on va continuer à préserver notre belle cuisine” ».


Une cuisine authentique et passionnée

Et c’est peu de le dire. Au menu : une cuisine française traditionnelle, à l’ancienne (« comme les propriétaires » nous glisse le fils), et surtout bien généreuse. Les spécialités phares de la maison ? Foie de veau sauce aigre douce (un must), terrine de campagne, salade de lentilles à la lyonnaise, poireaux vinaigrette et œuf mayonnaise ou encore le poisson du moment… Bref, des plats classiques comme on les aime, et surtout cuisinés avec beaucoup d’amour et de passion : « moi je n’ai pas de congélateur, c’est ma façon de faire, je ne veux pas tomber dans la facilité. Ici, on n'a que du frais, que du maison et que de la pure tradition », nous souffle Mario. Et la carte des desserts n’est pas en reste : clafoutis aux poires hyper régressif, baba au rhum, crème brûlée… La boucle est bouclée.


© Yona Romet

Côté ambiance, Nadine l’affirme : « tout ici est d’époque, on n’a rien changé ». Résultat, nos yeux se perdent entre les vieux bibelots disposés sur des étagères çà et là, les affiches publicitaires d’antan, les carafes et les cafetières d’époque. « C’est un lieu qui est resté très nature, très authentique. Il y a une vraie âme qui se dégage d’ici », admire le gérant. On ne pouvait pas être plus d’accord.


© Yona Romet

À l'Improviste
21, rue Médéric – 17e
Tél. : 01 42 27 86 67
Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 14h30 et de 19h à 22h30