Léo Grasset, alias Dirtybiologie, accusé de viol et comportements toxiques par huit femmes

© DirtyBiology / Youtube

Ce jeudi 23 juin, Mediapart a publié une enquête dans laquelle huit femmes et plusieurs témoins accusent Léo Grasset (DirtyBiology) de viol, mais aussi de violences pshychologiques et sexuelles. 

Qui est Léo Grasset alias DirtyBiology ?

Coup de théâtre aujourd’hui pour le monde de Youtube. Le youtubeur Léo Grasset de la chaîne DirtyBiology subit de lourdes accusations de viols et comportements toxiques. Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Léo Grasset est une star de Youtube, mais aussi co-créateur d’une émission avec Arte. Auteur de plusieurs ouvrages publiés dans de grandes maisons d’édition, il est une figure de la vulgarisation scientifique, avec sa chaîne Youtube DirtyBiology créée en 2014 qui compte plus de 1,3 million d’abonnés.

Une accusation de viol

Le célèbre youtubeur est notamment accusé de viol par l’une de ces huit femmes. Cette dernière déclare avoir vécu "un enfer mental" ces dernières années. Durant son témoignage, Lisa* (pseudonyme) révèle qu'elle et Léo Grasset ont partagé une relation "chaotique" dès 2015. Évoquant une "emprise" de sa part sur elle, la vidéaste explique que tous les deux couchaient régulièrement ensemble à l'époque, mais que là où elle semblait se projeter avec lui, le YouTubeur aurait à l'inverse eu un comportement compliqué à son encontre en la gosthant régulièrement avant de renouer le contact selon ses volontés, mais également en se moquant d'elle sur différents forums. Un comportement fatiguant pour Lisa* qui aurait provoqué en elle "une espèce de yoyo mental", et qui aurait par la suite pris une tournure dramatique un soir de juillet 2016. Selon les propos de la jeune femme, alors qu'ils étaient censés passer la soirée ensemble, Léo Grasset l'aurait finalement retrouvée "vers 1h30" après avoir passé les heures précédentes auprès de ses potes. Fortement alcoolisé, il aurait malgré tout tenté de faire l'amour avec Lisa* qui, "en colère" contre l'influenceur, aurait rapidement refusé : "Je lui dis plusieurs fois que je n'ai pas envie", explique-t-elle à Médiapart. Rapidement, Léo Grasset l'aurait "maintenue avec ses mains autour de son cou" avant de la "pénétrer avec des coups très forts". Une scène terrifiante pour Lisa. Elle aurait également déclaré à Mediapart "J'ai voulu crier et il n'y avait aucun son qui sortait de ma bouche". Depuis, elle subit un véritable traumatisme.

D’autres accusations choquantes

Mais Lisa ne serait pas la seule victime. D'autres femmes ont témoigné comme Marine Périn alias Marinette sur Youtube et Twitch témoigne aussi de la compréhension limitée du youtubeur du mot “consentement”. Le youtubeur aurait d’ailleurs justifié ses comportements en disant qu’il était atteint de sexomnie, soit de somnambulisme sexuel. Dans un message adressé à Marine Périn, il a écrit : « Je baise en dormant, des fois. […] Quand je suis dans cet état-là, j’suis un peu animal. […] Quand je suis éveillé, je fais vachement attention à l’autre […], alors que quand je dors, je m’en baleeeeeeeek. » On a connu mieux comme justification… D’autres témoins évoquent des comportements et des attitudes très toxiques envers les femmes : « J’ai eu l’impression d’être un peu un objet qu’il ne considère pas. Ça a été psychologiquement compliqué » se souvient une autre femme ayant été en relation avec lui. Mediapart explique qu'une entrevue aurait dû avoir lieu le 21 juin dernier, mais le vidéaste a finalement préféré ne pas donner suite, s'appuyant sur les conseils “d'experts”. Voici comment il a réagit :

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Léo Grasset (@leograsset)

Fin des articles