Ces vêtements fabriqués avec des bouses de vache revalorisent le fumier

© Tim Christensen

Vous avez bien lu, le projet néerlandais Mestic souhaite revaloriser le fumier et en faire une nouvelle ressource. Comment ? En fabriquant des vêtements avec des bouses de vache !


Jalila Essaïdi, une bio-artiste néerlandaise de 39 ans à l’origine du projet, a déjà lancé 12 prototypes de ces vêtements quelque peu singuliers. Elle recueille le fumier auprès d’agriculteurs de sa région et souhaite donner une nouvelle image à cet engrais qui répugne. Elle tient à payer ces éleveurs, et croit en son projet : « Je suis sûre que dans quelques années, les fermiers pourront le vendre et le monnayer au même titre que le lait ».

Le laboratoire situé à Eindhoven travaille avec ce fumier qui, contrairement aux idées reçues, ne rejette aucune odeur nauséabonde. Jalila explique à Korii, « La composition du fumier ressemble aux couches des lasagnes et combine plusieurs éléments : de l’urine et du solide. Notre travail consiste à séparer la fraction humide et la fraction sèche, qui donne de la pulpe de cellulose. ». Cette pulpe est ensuite utilisée pour façonner du papier ou des fibres textiles.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par mestic (@mestic_official) le

L’industrie textile étant très polluante, Jalila souhaite utiliser cette découverte pour faire des vêtements. Et pourquoi pas après tout ! L’idée lui est venue suite à un appel lancé par le gouvernement pour réduire la quantité de fumier dans le pays, qui comme elle l’explique, est fortement polluant pour les sols du pays, en trop grande quantité. Les Pays-Bas produisant 76 milliards de kilos chaque année, on peut effectivement considérer que cette initiative ne sera pas de trop pour lutter contre la pollution !

Une réduction de la pollution et un développement d’une mode éthique et écologique : on valide le projet !

Fin des articles