Stop à la déprime entre Roissy et Paris, un projet fou va révolutionner tout ça

  • Laura
  • News
  • Publié le 1 Février 2017 à 00h00
© iStock / Le Bonbon

Terrains vagues, ruines taguées, poubelles éventrées, taux de pollution record… Voilà le premier accueil réservé à des dizaines de millions de voyageurs qui débarquent à Paris chaque année. Bien décidé à faire bouger les choses, un géant de l’agriculture se lance dans la création d’une vallée fertile sur 20 km. Un projet fou qui a de quoi nous faire rêver.


Le long de l’autoroute A1 qui relie Roissy à Porte de la Chapelle, Thierry Blandinières imagine déjà le prochain bassin nourricier de la région parisienne. Le DG du géant de l’agriculture InVivo a présenté ce mercredi matin son projet Happy Vallée lors d’un forum de l’association patronale Paris Île-de-France Capitale économique.


Une vitrine mondiale

« On veut faire de l’A1 une vitrine mondiale de notre savoir-faire en matière d’agriculture urbaine et écologique avec pour objectif de nourrir la population localement », a-t-il déclaré au Parisien.

Le projet en plusieurs étapes verra naître des champs de blé, d’orge et de colza, des vergers, des cultures maraîchères, des serres de fruits…

... distribués aux particuliers et aux restaurants de l’aéroport. Mais aussi des toits et des murs végétalisés avec des plantes dépolluantes, ainsi que des couloirs verts ponctués d’étangs pour le bonheur de notre faune francilienne.

vallée-agricole-paris-roissy-happy-vallee-invivo


Compenser le bilan carbonne des grosses entreprises

A noter que la mise en œuvre de ce beau projet devra compter sur l’accord de la préfecture d’Île-de-France (pas encore saisie du dossier), et sur la participation des grosses entreprises implantées dans la région, qui auraient tout intérêt à investir auprès d’InVivo.

« Au lieu de compenser leur bilan carbone en allant planter une forêt dans l’hémisphère sud, ils pourraient financer la création de haies ou de mares sur une parcelle agricole à deux pas de chez eux » indique très justement Antoine Poupart, en charge du projet chez InVivo.

Il ne nous reste plus qu’à espérer un bel élan conjoint et prochain de tous ces acteurs.

Fin des articles