Un million d'espèces menacées d'extinction

© Anatoliy Alekseev

Ce lundi, le Giec de la biodiversité a publié son premier rapport sur l'état mondial de la biodiversité et des écosystèmes, et les conclusions sont alarmantes. 


Près d'un milion d'espèces animales et végétales pourraient disparaître dans les prochaines décennies. Et la France figure parmi les 10 pays les plus menacés. D'après la Liste Rouge de l'Union internationale pour pour la conservation de la nature, (UICN), 1301 espèces menacées au niveau mondial sont repertoriées dans l'Hexagone. La plateforme intergouvernementale IPBES lance un avertissement officiel. 

Jusqu'aujourd'hui, la crise de la biodiversité était sous-estimée en comparaison avec celle du réchauffement climatique. Néanmoins, selon Paul Leadlley, professeur à l'université Paris-Sud et un des principaux auteurs du rapport, « elle est tout aussi importante que le réchauffement climatique ». Depuis 1970, 40 % des espèces terrestres et 35 % des vertébrés marins auraient disparu. Qu'elles soient animales ou végétales, les espèces auraient perdu au moins 20 % de leurs populations originelles. Les plus gros animaux comme les félins ou les requins qui grandissent lentement disparaissent dans maintes régions. Et ainsi de suite. 

Voir cette publication sur Instagram

La biodiversité est au cœur de toutes les attentions. Sous l'égide de l'ONU, les experts et représentants politiques de 132 pays se réunissent à #Paris ???????? depuis hier pour une semaine de débats et de négociations. . Lors de cette 7e conférence, la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (#IPBES @ipbes_) doit établir un rapport sur l'état mondial de notre écosystème et réfléchir aux réactions politiques adéquates. . Pendant trois ans, plus de 150 scientifiques ont travaillé pour établir une évaluation détaillée de l'état actuel de la biodiversité mondiale. Ce rapport de plus de 1 800 pages, le premier inventaire en 15 ans, devrait devenir une référence scientifique en matière de biodiversité, comme le sont ceux du #Giec pour le #climat. . Un quart des 100 000 espèces évaluées, une portion minime des 8 millions estimées sur Terre, sont déjà menacées d'extinction. Mais "une accélération rapide imminente du taux d'extinction des espèces" est attendue par les scientifiques, selon le projet de rapport. Et entre 500 000 et un million devraient devenir à leur tour menacées, dont "beaucoup dans les prochaines décennies". . #IPBES7 #biodiersité #ONU

Une publication partagée par ONU Environnement (@onuenvironnement) le

Et ce n'est pas sur notre territoire que la situation est la moins alarmante. Si notre doux pays abrite une biodiversité d'une richesse insoupçonnée notamment grâce à ses territoires ultra-marins répartis sur tous les continents, plus de 1300 espèces endémiques recensées en France sont menacées à l'échelle mondiale. 

C'est sans surprise que le rôle joué par les humains dans le déclin de la biodiversité est de taille. Le rapport classe par ordre d'importance les cinq principaux facteurs qui menacent la biodiversité et l'humain est responsable de chacun d'entre eux, comme par exemple les « changements d'usage des terres et de la mer », « l'exploitation directe de certains organismes », « le changement climatique », « la pollution » et « les espèces exotiques envahissantes ». Selon le responsable des programmes Nature à WWF France, la France arrive en quatrième position dans les dix pays les plus consommateurs de ressources naturelles. Sur le podium, on retrouve les États-Unis, l'Allemagne et le Japon. 

Paul Leadley affirme que « nous ne sommes pas encore à l'heure de la sixème extinction de masse mais on s'y dirige. Il est vrai qu'il y a des signes clairs comme la diminution abondante des espèces ou la dégradation des écoysytèmes comme les récifs coralliens. Le temps est compté. On peut l'éviter si l'on entame une transformation immédiate. ». 

De ce fait, les scientifiques assurent qu'un changement fondamental à « l'échelle d'un système qui prend en considération les facteurs technologiques, économiques et sociaux » permettra de lutter contre le déclin de la biodiversité. Nos modes de vie et de consommation vont devoir changer. 

Le compte à rebours est plus que lancé. Il reste 1 an à la France pour tenir son engagement d'éviter d'ici 2020 l'extinction des espèces menacées sur son territoire. 

Fin des articles