Une substance radioactive trouvée dans l’eau potable de 6,4 millions de personnes en IDF

© milannoga-shutterstock

122 communes en Île-de-France sont concernées par la "contamination" radioactive de l’eau potable.


L’association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (ACRO) a dénoncé mercredi la contamination de l’eau de millions de Français au tritium.
« Le tritium est un "lanceur d’alerte" : en cas d’accident grave sur une des centrales nucléaires sur la Seine, la Vienne, ou la Loire, il n’y aura pas que le tritium de rejeté et ce sont des millions d’autres personnes qui seront privées d’eau potable », affirme le laboratoire de la Criirad (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité). Il poursuit en dénonçant une « banalisation des contaminations au tritium (…) les autorités acceptent, pour des polluants radioactifs, des niveaux de risque plus de 100 fois supérieurs au maximum toléré pour les cancérigènes chimiques ! ».


Plusieurs zones touchées

268 agglomérations sont concernées, dont 122 en Île-de-France. La seule usine de potabilisation de Choisy-le-roi dans le Val-de-Marne distribue chaque année, 2,5 % de rejets de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (incluant donc, entre autres, du tritium). Cette usine alimente à elle seule 1,9 millions d’habitants des banlieues sud et ouest de Paris, selon l’ACRO.


Flippant non ?

Fin des articles