Voici le premier dictionnaire des mots "parfaits"

© Everett Collection - Shutterstock

Et voici le tome 3 ! Après le Dictionnaire des mots manquants et le Dictionnaire des mots en trop, voilà enfin le Dictionnaire des mots parfaits.

Il en fallait une palanquée d'auteurs pour prétendre à faire un dico des mots soit-disant parfaits. Eh bien ils l'ont fait ! Les écrivains et écrivaines évoquent dans cet ouvrage les mots qu’ils adorent et expliquent pourquoi. Le but, pour les auteurs, est de « renouer avec les significations et les associations tout à fait personnelles attachées à certains mots, révéler la résonance viscérale que pour eux ils conservent et qui leur donne un statut à part dans le lexique (…) ». Voici donc un petit florilège des mots rassemblés dans ce livre, et une infime partie des explications qui ne manquent pas d’humour…


Air

« Sans air on meurt. Sans airs, j’étouffe. Il me faut de l’air dans les poumons et des airs plein la tête. De l’air, des airs. Mon grand-père roulait les R. »


Bulle

« Elle a partie liée avec les mots, la pontificale les renferme, un sacré contenu dûment ordonné, l’antique contient une drôle d’amulette protectrice et le speech ballon en est rempli, mais celle qui en recèle le plus est de loin la bulle de savon. »


Cadence

« En cadence, mesdemoiselles, s’il vous plaît ! En cadence. Le professeur de danse est intraitable. Impitoyable, son bâton frappe les mesures que le piano égrène. En cadence ! »


Menthe

« Le mot pour lequel j’ai toujours éprouvé une dilection instinctive, sans me l’expliquer, est parfaitement anodin : c’est menthe. Un mot, bien sûr, résonne de tous les mots qui lui ressemblent que ses sonorités convoquent. »


Non

« Non, non et non.
Oui, trois fois oui, le mot parfait est bel et bien NON. 
Quand c’est non, c’est non : est-il possible de mieux dire ? est-il loisible de dire plus ? »


Parfait

« Le mot parfait est parfait.
Le mot parfait est parfait. »


Saperlipopette

« Quelle perfection sonore, quelle subtile acrobatie de consonnes et de voyelles ! Quel joyeux vocable qui évoque la liberté des tréteaux, les bagarres de Guignol, la stupéfaction rieuse devant un imprévu. »


Tant pis

« J’ai appris la belle surprise de l’heureux événement.
Et ce commentaire, en guise de codicille : "Nous l’appellerons Brunehaut si c’est une fille, et tant pis si c’est un garçon." »


Dictionnaire des mots parfaits

Dirigé par Belinda Cannone et Christian Doumet
Editions Thierry Marchaisse

Fin des articles