Métro : de la prison pour ceux qui signalent les contrôleurs RATP

La gare routière de la Défense en 1979 / Archives RATP

Les petits malins qui préviennent via les réseaux sociaux de la présence de contrôleurs dans le métro parisien pourraient rapidement s’en mordre les doigts. Ils risquent désormais deux mois de prison ferme et une amende de 3750 €. Aïe.

« Le loup est à Châtelet », « Les carottes sont à Bastille », « Très grosse tribue au RER A de Nation »… autant de noms de code savamment pensés pour prévenir sur les réseaux de la présence des contrôleurs dans le métro en toute discrétion. C’est ce qu’on retrouve dans certains groupes Facebook et Twitter pour aider les autres usagers à gruger le métro en toute tranquillité. Sauf que ces messages, bien que codés, ne passent plus inaperçus aux yeux de la loi et les auteurs seront désormais durement sanctionnés.


Deux mois de prison ferme et une amende de 3750 €

La semaine dernière, dans le cadre de l'examen de loi sur la sécurité dans les transports publics, la commission mixte paritaire – qui réunit les députés et les sénateurs pour s’accorder sur un texte de compromis – a adopté un dispositif qui prévient : « le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, tout message de nature à signaler la présence de contrôleurs ou d’agents de sécurité employés ou missionnés par un exploitant de transport public de voyageurs est puni de deux mois d’emprisonnement et de 3 750 € d’amende ».

Cette nouvelle loi vise à lutter contre un préjudice financier important pour les sociétés de transport public, où le coût annuel de la fraude est estimé à 366 millions d’euros, soit plus d’un million par jour. Le texte de loi sera discuté le 2 mars, mais tout porte à penser qu'il sera bien adopté. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par RATP Group (@ratp) le

Source : Numerama

Fin des articles