Une forêt plantée au cœur d'un stade de football autrichien

© Dugdax

L'Autriche se met au vert : d'ici 2050, le pays compte planter un milliard d'arbres. Mais en attendant, un artiste suisse a décidé d'en planter plus de 200 mais pas n'importe où : dans un stade de foot. 

Le stade Wörthersee Stadion fait peau neuve et devient le nouveau terrain de jeu de Klaus Littmann. S'inspirant d'un dessin du peintre Max Peinter, Littmann prévoit de réaliser une forêt-œuvre appelée "For Forestafin de sensibiliser le public au réchauffement climatique. 

Voir cette publication sur Instagram

EINSCHALTEN: MO. 1. April 22:30 Uhr @orf 2 FOR FOREST AM KULTURMONTAG "Wie reagieren Künstlerinnen und Künstler auf den Klimawandel? Aktuelle Projekte aus Österreich zeigen, wie sich Kulturschaffende aller Disziplinen mit dem brennenden Thema unserer Zeit auseinandersetzen." @forforestklagenfurt #forforest #artproject #dieungebrocheneanziehungskraftdernatur #littmannkulturprojekte #klauslittmann #maxpeintner #kulturmontag #intervention #art #mischwald #engagement #aktion #sozialeskulptur #nonprofit #mahnmal #kunstimöffentlichenraum #kärnten #austria #forest #tree #wood #artinstallation #artinpublicspace #artintervention #contemporary #tree #enzoenea #culture #klagenfurt #2019 #wörtherseestadion

Une publication partagée par Klaus Littmann (@littmann_kulturprojekte) le

Les 200 arbres qui vont être plantés poussent actuellement en pépinière et pourraient atteindre 10 mètres de haut. Ils seront par la suite transportés l'été pour être replantés au sein du stade. Du 8 septembre au 31 octobre, le public pourra ainsi se promener dans ce paysage enchanteur et observer la beauté de cette nature si précieuse. 

« Il faut remettre en question la manière dont nous percevons la nature et interroger son devenir » explique Littman. L'objectif de cette oeuvre est « de fonctionner comme un mémorial, afin de nous rappeler que la nature, que nous tenons bien souvent pour acquise pourrait un jour exister uniquement dans des espaces qui y seraient consacrés, comme c'est déjà le cas avec les animaxu dans les zoos ».

Un projet qui avoisinerait toutefois les deux millions d'euros selon le quotidien autrichien Kleine Zeitung. 

Fin des articles

Paramètres des cookies