Une étude dresse le portrait-robot des agresseurs homophobes

© Unicorn Store

Alors que la France connaît une recrudescence des agressions à l’égard des personnes LGBT, une étude réalisée par l’IFOP dévoile le portrait-robot des agresseurs homophobes.


Depuis plusieurs mois, des violences ciblées persistent, empêchant les personnes LGBT d’être en sécurité. Selon une étude, un LGBT sur 6 interrogé confie avoir été agressé récemment. Pire, ce pourcentage a doublé par rapport à une étude réalisée en 2018, où "seuls" 3 % en faisaient état.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par LGBT (@lgbt) le

Au sein du panel de 1229 personnes homosexuelles, bisexuelles et transgenres, 7 % rapportent des violences physiques (coups, bousculades, gifles…) au cours de l’année écoulée. Et 60 % d’entre elles admettent avoir pensé à se suicider. D’après le portrait-robot que les victimes dressent, les agresseurs sont majoritairement des hommes (à 78 %) âgés de 18 à 30 ans. Dans 61 % des cas, l’agressé se retrouve confronté à une bande, dont une ou plusieurs personnes portent les coups.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par LGBTQ (@lgbtq) le

En revanche, la couleur de peau et la description de l’origine ethnique ne sont pas les critères principalement évoqués par les victimes pour décrire leur agresseur. 2 % évoquent « une personne de couleur noire », 4 % « de couleur blanche ou européenne » et 6 % « une personne arabe ou maghrébine ».

Fin des articles