Être aromantique, ça veut dire quoi ?

© Les amours imaginaires

Cette orientation sexuelle est encore peu connue, mais l’aromantisme est pourtant bien présente dans notre société. Il s’agit de ne ressentir aucune attirance romantique pour son ou sa partenaire. Mais ce ressenti est à différencier de l’asexualité qui est le fait de ne pas avoir d’envies sexuelles !

Pas de papillons dans le ventre ni nul besoin d’éprouver de passion, mais rassurez-vous, ces personnes le vivent bien. Dans la société qui est la nôtre, où l’amour parfait est celui passionnel, romantique et attentionné, cette orientation sentimentale peut paraître à la fois incompréhensible et étonnante. Peu ordinaire et surprenant c’est en tout cas les mots qui nous viennent en tête. Difficile de s’imaginer dépourvu de sentiments amoureux, non ? Et pourtant, cette orientation est reconnue comme innée et non comme choix personnel.

Attention, l’aromantique est loin de ne rien ressentir du tout, mais il ne ressent pas ou très peu d’émotions lors d’une intimité amoureuse. Disons qu’il a une absence d’attirance romantique pour d’autres individus. Cependant, le désir sexuel reste présent la plupart du temps et dans le cercle amical ou familial, l’aromantique éprouve même tendresse et affection. Les personnes aromantiques sont cependant diverses dans leurs orientations relationnelles et peuvent donc être monoamoureux (ne désirer qu’un seul partenaire), polyamoureux (désirer plusieurs partenaires à la fois) ou nonamoureux (ne désirer aucun partenaire). En effet, la notion de partenaire n’implique pas nécessairement une relation romantico-sexuelle.

Trop souvent oubliés, les aromantiques sont généralement englobés avec les asexuels, à tort. Un aromantique n’est pas forcément asexuel, et inversement. Leur drapeau est d’ailleurs méconnu de la plupart des gens, contrairement à celui des asexuels, déjà un peu plus populaire, et lorsque quelqu’un est à la fois asexuel et aromantique, on appelle ça être aroace. Pour votre gouverne, le A de LGBTQIA fait d’ailleurs référence au asexuels et aux aromatiques. 

© Riverdale

Rien de grave, mais pour résumer : né aromantique, vous mourrez aromantique, mais rien ne vous empêche d’aimer la danse des corps, et ça, ce n’est pas plus mal ! Bon, on évitera quand même de vous souhaiter une bonne Saint Valentin…