Portée disparue depuis 31 ans, l’Américaine Patricia Kopta vient d’être retrouvée en vie

Imp-ro-bable : en 1992, Patricia Kopta disparaissait sans laisser de trace, son mari et la police l’avaient cherchée partout, et… 31 ans plus tard, l’Américaine vient d’être retrouvée dans une maison de retraite sur l’île de Porto Rico.

1992. Patricia Kopta disparait à Pittsburgh. Son mari Bob fait un signalement à la police, toute la ville est passée au peigne fin, aucun signe de Patricia. Cela faisait quelques temps qu’elle annonçait la fin du monde, et des médecins ont diagnostiqué chez elle des signes de schizophrénie. Les autorités, elles, pensent qu’elle a fui le pays. Sa famille la pense morte. Quelques années plus tard, elle écrit à son mari pour lui dire qu’elle pense être poursuivie. Et puis plus rien.

31 ans plus tard, c’est sur l’île de Porto Rico que Patricia est finalement retrouvée. D’après l’enquête, elle se trouverait là depuis au moins une vingtaine d’années, mais difficile d’en savoir plus : elle errait dans les rues avant d’être accueillie dans une maison de retraite il y a maintenant 7 ans. Atteinte de démence, elle ne se souvenait de rien, mais quelques lueurs de lucidité récentes lui ont permis de donner des indices sur son identité. Elle a finalement pu être identifiée grâce aux travailleurs sociaux, aux agents d’Interpol et à une vérification de son ADN.

Si son mari a émis le souhait de la rapatrier aux États-Unis, Patricia a fait savoir qu’elle voudrait rester dans cette maison, à 3 000 km de là.

Fin des articles