Voici le classement des villes étudiantes les moins chères de France

© Musat / iStock

La rentrée approche à grand pas et pour beaucoup d’étudiants est synonyme de nombreuses dépenses. Loyer à payer, frais d’inscription, restauration… sur le plan financier le coût de la vie peut être très élevé dans certaines régions. Pour cette nouvelle année universitaire, l’Union nationale des étudiants de France (Unef) a dévoilé son classement des villes étudiantes les moins chères de France. 

Pour voir plus clair dans les dépenses que devront réalisé les étudiants cette année, l’UNEF a répertorié dans les 47 principales villes universitaires le coût des dépenses d’un étudiant selon plusieurs critères : frais de logement, transports, internet… Sans grande surprise d’une ville à une autre les prix diffèrent sensiblement. 

Huit des dix villes les plus chères de France concentrées en Île-de-France

Dans le top 10 des villes les plus chères de France, on retrouve sans grande surprise huit villes d’Île-de-France : sur le podium Paris, Nanterre et Saint-Denis suivi de très près par Créteil, Orsay, Guyancourt, Cergy ou encore Champs-Sur-Marne. Selon Ouest France, un étudiant résidant dans la capitale doit dépenser 1332,52 € par mois.

En province, deux villes font leur entrée dans le Top 10 des villes les plus chères de France : Nice à la septième place avec un reste de charge mensuel de 1 114,39 € et Lyon à la neuvième place. Au contraire, en bas du classement se sont les villes de Pau, Poitiers, Limoges, Saint-Etienne et Le Mans qui figurent parmi les villes universitaires les moins chères de France. Au total, le coût de la vie pour les étudiants ne dépasse pas les 865,23 €, soit une différence de 467,29 € avec la capitale. 

L’Unef estime une hausse du coût de la vie de 6,4% dont le loyer - premier poste de dépense des étudiants - a augmenté de 1,37% au niveau national, soit une augmentation des loyers dans 38 des 47 villes répertoriées par l’UNEF. Bonne nouvelle tout de même, pour contrer cette inflation le gouvernement a revalorisé les APL de 3,5 % ainsi que les bourses sur critères sociaux de 4%.

Fin des articles