D'où viennent les noms des pays ?

© omersukrugoksu

France, Espagne, Angleterre... si ces noms vous sont familiers, leurs origines en revanche semblent beaucoup moins évidentes qu'il n'y paraît. Des racines étymologiques qui proviennent d'une direction, d'un clan, d'un monarque ou d'une particularité géographique.


Dans son article très instructif, Le Monde a réalisé de vastes recherches sur les origines de 204 pays. On y apprend que l'origine des noms peut être classifiée en quatre catégories bien distinctes. La principale source proviendrait de la géographie même du pays. 84 nations ont été baptisées d'après une particularité topographique (une ville, un cours d'eau ou un animal par exemple). C'est le cas de l'Espagne, dont la toponymie proviendrait des Hyracoïdes, petit rongeur africain : « l’utilisation de la racine phénicienne "I-Sepanim" est en tout cas une des très sérieuses hypothèses » explique le quotidien. Viennent ensuite les pays baptisés d'après le nom des tribus, royaumes ou groupes ethniques, comme la Russie, appelée ainsi grâce au groupe des Varègues "Rus'". Les troisième et quatrième catégories concernent les toponymes des pays nommés selon des personnes (explorateurs, divinités) et des directions (Nord, Ouest, Centre etc.)

lemonde.fr

Une cinquième catégorie regroupe 22 nations dont les origines des noms restent encore inconnues. Ces appellations viennent d'une langue trop ancienne, voire totalement disparue, ce qui rend la recherche étymologique quasi impossible. C'est le cas par exemple du Pérou, dont le nom pourrait provenir d'un ancien chef de tribu appelé Beru.

lemonde.fr

Parmi les nations aux noms plus précis, on retrouve le Yémen dont l'étymologie signifie "à droite au fond de la péninsule arabique". Les pays comme la France ou l'Angleterre ne se sont pas trop cassé la tête pour trouver un nom. Notre cher pays tire son origine du peuple des Francs. Quant à l'Angleterre, cela proviendrait du vieil anglais "Englaland", qui signifie "terre des Angles". Enfin, on retiendra certaines nations qui puisent leurs racines étymologiques dans les divinités, à l'image du Salvador (le "Sauveur").


Fin des articles