Ricard offre 70 000 litres d’alcool pour fabriquer du gel hydroalcoolique

Ricard offre 70 000 litres d’alcool pour fabriquer du gel hydraulique ©ricard

Pour faire face à la pénurie de gel hydroalcoolique, Ricard va offrir pas moins de 70 000 litres d’alcool pour fabriquer des solutions désinfectantes de substitution pour les pharmacies et hôpitaux.

Alors que le coronavirus continue de se propager, les Français se sont rués dans les pharmacies et magasins pour acheter du gel hydroalcoolique. Comme pour les masques, les pâtes ou le papier toilette, le pays entier fait face à une pénurie de gel désinfectant. « Depuis une semaine, c’est de la folie. On en avait pas loin d’une centaine, et tout est parti. Avec le week-end dernier et les cas déclarés de coronavirus en Italie, il y a eu un petit effet de panique. Les gens se sont jetés sur les gels hydro-alcooliques », explique Jean-Baptiste François, pharmacien à Nancy à France Bleu Sud Lorraine.


70 000 litres d’alcool offerts
 

Alors que le monde traverse une épidémie d’une ampleur sans précédent, Ricard se mobilise et fait don de plus de 70 000 litres d’alcool au laboratoire Cooper, leader dans la fabrication de gel hydroalcoolique. Avec ce don, le laboratoire pourra produire pas moins d’1,8 million de flacons individuels de 50 ml qui seront par la suite reversés à des associations en lien avec le secteur de la santé. « En partageant nos ressources et en mettant à disposition notre outil de production ou nos stocks d'alcool partout où cela sera utile, nous voulons soutenir nos concitoyens et les autorités locales dans ce contexte exceptionnel », a expliqué Alexandre Ricard, PDG de Pernod Ricard dans un communiqué de presse.


D’autres dons dans le monde

L’initiative de Ricard fait suite à celle de la compagnie Absolut en Suède, qui s’est proposée de distiller un alcool à 60 % pour pouvoir être utilisé comme désinfectant. La compagnie enverra ensuite ses dons de production directement aux hôpitaux.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Ricard (@ricard) le

Fin des articles