Le compte Instagram d'Élisabeth Borne à 49,3 K abonnés après une vanne d’internautes

undefined 20 mars 2023 undefined 15h02

Auriane Camus

Ce jeudi 16 mars, Élisabeth Borne a déclenché le passage en force de l’impopulaire réforme des retraites au Parlement en utilisant une nouvelle fois les dispositions de l’article 49.3 de la Constitution française. C’est la 11e fois que la Première ministre a recours au texte depuis son entrée en fonction il y a 10 mois, la plaçant en 2e position dans le top des chefs de gouvernement français qui ont le plus dégainé "l'arme nucléaire législative", derrière Michel Rocard (28 fois en 3 ans de mandat).

Raillée depuis le mois de décembre dernier pour son utilisation excessive de l’outil constitutionnel, Élisabeth Borne fait à nouveau l’objet de mèmes et de plaisanteries – souvent amères – sur les réseaux sociaux, mais aussi d’une vanne encore plus poussée.


49,3 K abonnés pour Élisabeth Borne sur Instagram

Dimanche 19 mars, le twittos @EstChauve a lancé un pari aux utilisateurs de la plateforme : « Si ce tweet atteint 50 likes, j’envoie 27 K faux abonnés à Borne pour qu’elle ait exactement 49.3 K abonnés ». Aussitôt dit, aussitôt fait, quelques heures plus tard, un afflux massif de faux abonnés est arrivé sur le compte Instagram de la Première ministre, atteignant 49 300 abonnés.

Depuis, le compte de l’ancienne députée est passé en privé, tandis que son nombre de followers est revenu à un nombre plus bas, (30 200 followers ce lundi 20 mars), les équipes de communication de la cheffe du gouvernement ayant certainement fait le ménage pour écourter la blague.


Des manifestations dans toute la France

Depuis l’annonce du recours au 49.3 ce jeudi 16 mars, les opposants à la réforme des retraites ne cessent de faire savoir leur mécontentement. Des manifestations importantes ont eu lieu durant le week-end partout en France, si bien que les rassemblements place de la Concorde et sur les Champs-Élysées ont été interdits par la préfecture de police de Paris, après deux soirées mouvementées. De leur côté, les raffineries d’essence sont toujours à l’arrêt, tandis que la collecte des déchets se fait au ralenti, notamment à Paris où 10 000 tonnes attendent toujours sur les trottoirs. Deux nouvelles journées d’action sont attendues, ainsi que de possibles blocages dans les transports.

Pour rappel, l’article 49 alinéa 3 de la Constitution de 1958 permet à la Première ministre après délibération du Conseil des ministres, d’« engager la responsabilité du gouvernement devant l’Assemblée nationale sur le vote de certains textes ». En d’autres termes, il permet à la réforme des retraites d’être adoptée sans vote de l’Assemblée nationale. Un véritable « déni de démocratie » pour de nombreux opposants à la réforme, notamment Charles Fournier, député Europe Écologie - Les Verts de la 1ere circonscription d'Indre-et-Loire.