Des plantes génétiquement modifiées vont ralentir le réchauffement climatique

© Shutterstock - Quick Shot

Pour contrer la hausse des émissions de gaz à effet de serre, des scientifiques ont eu une idée : celle de modifier génétiquement des plantes. Explications.


Alors que la sixième extinction de masse est en cours, nous devons faire des changements rapides et sans précédent dans nos habitudes pour sauver la biodiversité de la planète et empêcher la hausse du réchauffement climatique. Pour contrer ce désastre écologique, un groupe de chercheurs a trouvé une solution : modifier génétiquement les plantes pour qu’elles absorbent plus efficacement le CO2.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Florent Buatois (@florent_buatois) le

Publiée le 11 juillet dans la revue scientifique Cell, l’étude explique comment les scientifiques ont modifié génétiquement les plantes. Et pour cela, ils se sont attaqués au gène responsable de la croissance des racines des plantes, là où elles stockent le carbone. Car en activant le métabolisme de la plante, il y a moins de risques que le CO2 soit renvoyé dans l’atmosphère. L’absorption est donc plus efficace.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Ayesha (@ayeshphoto) le

Autre avantage et non des moindres, les racines plus grandes peuvent atteindre plus facilement les points d’eau plus profonds sous la terre et peuvent même endiguer les inondations grâce à leurs capacités d’absorption. « Non seulement les plantes peuvent permettre de ralentir le changement climatique, mais elles seraient capables de se protéger elles-mêmes face aux évènements climatiques extrêmes causés par le réchauffement », explique Usbek & Rica.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Maxime (@maxime.sauvage0807) le

Toutefois, il ne faut pas oublier que la capacité d’une plante à absorber le CO2 dépend de nombreuses conditions climatiques et que celles-ci peuvent « renvoyer dans l’atmosphère en quelques heures tout le CO2 qu’elles ont accumulé au fil des décennies », poursuit l’INRA pour Vice.

Fin des articles