Attraper un rhume aiderait à combattre le coronavirus

  • Zoé Stene
  • News
  • Publié le 29 Mars 2021 à 16h28
© svetikd – iStock

Et s'il suffisait d'attraper un petit rhume pour aider notre corps à lutter contre le coronavirus ? Selon des chercheurs de l'université de Glasgow en Écosse, ce banal virus hivernal pourrait faire barrage au Covid-19.

La découverte paraît incroyable, mais constituerait une piste scientifique sérieuse : la présence de rhinovirus dans notre corps – le rhume que l'on attrape régulièrement en hiver – ferait bloc contre l'action et la propagation du coronavirus dans nos cellules. Alors que dans le monde d'avant, on s'en plaignait, notre petit nez coulant pourrait bien devenir notre meilleur allié...

 
Le virus du rhume bloque le SARS-CoV-2

Dans cette étude publiée dans le Journal of Infections Deseases, les scientifiques écossais rapportent avoir injecté le virus à l'orgine du rhume (HRV-16) dans des cellules respiratoires humaines, suivi d'une injection contenant le virus de la Covid-19 (SARS-CoV-2). Ceux-ci ont pu observer que le rinhovirus bloquait le coronavirus dans son développement et à l'inverse également ; en injectant la Covid en premier, celle-ci était neutralisée par l'injection de rinhovirus. Les scientifiques pensent donc que les interférons induits par le HRV-16 empêchent le SARS-CoV-2 de s'établir dans les cellules respiratoires.

 
Et si on se refilait tous un rhume pour ralentir l'épidémie ?

Pour l'heure, ces interactions virus-virus ont été réalisées in vitro, dans une boîte de culture... les résultats pourraient donc être différents dans l'environnement plus complexe du corps humain. Pourtant, les scientifiques à l'origine de l'étude explique quand même qu'« une prévalence croissance du rhinovirus » au sein de la population pourrait entraîner « une réduction du nombre de nouveaux cas de Covid-19 ». Le problème ? Les gestes barrières mis en place depuis un an freinent également la propagation des autres virus, comme celui du rhume ou de la gastro-entérite. En revanche, de nouveaux traitements basés sur ces observations pourraient voir le jour...


© Rapeepat Pornsipak - iStock

Fin des articles