Lait, cacahuètes, fruits de mer… voici pourquoi les allergies alimentaires sont en forte hausse

© Shutterstock - Hlphoto

À l’école, on a tous connu cet élève allergique aux cacahuètes, au lait de vache ou aux fruits de mer, qui ne pouvait absolument rien manger à la cantine au risque d’avoir des plaques sur tout le corps, des gonflements et des problèmes de respiration. Ces allergies peuvent être plus ou moins graves selon les enfants, mais elles sont surtout difficiles à vivre au quotidien.


Depuis plusieurs années, la docteure Alexandra Santos de l’université King’s College de Londres, a remarqué une recrudescence des allergies alimentaires. En cause ? L’évolution de nos modes de vie. Au Royaume-Uni, les cas d’allergie aux cacahuètes ont d’ailleurs été multipliés par cinq entre 1995 et 2016.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Coline Molinski (@c_mlnsk) le

Pour Alexandra Santos, la pollution, la diminution de l’exposition aux microbes et les changements d’alimentation ont une influence très importante sur « la façon dont notre système immunitaire répond à ce que nous ingérons ». C’est d’ailleurs pour cette raison que les pays en développement et les zones rurales sont les moins touchés.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Les Nouveaux Fromagers (@lesnouveauxfromagers) le

Les facteurs environnementaux auraient donc une grande influence sur le système immunitaire. Mais selon la docteure, c’est surtout un manque en vitamine D qui pourrait être le responsable de la hausse des allergies alimentaires. Le taux de personnes soufrant d’une carence en vitamine D a doublé en dix ans. Pourtant, c’est cette vitamine qui permet de renforcer le système immunitaire.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Wright Brothers (@wrightbrosltd) le

Pour ne pas souffrir d’une allergie alimentaire, il faudrait donc ne pas être en manque de vitamine D mais surtout diversifier l’alimentation d’un enfant lors de ses premiers mois. Une étude publiée sur Leap démontre que les enfants de 5 ans ont 80 % de chances en moins de développer une allergie à la cacahuète s’ils ont régulièrement consommé cet aliment. Il faudrait donc habituer très jeune le système immunitaire aux aliments pouvant poser problème, de façon à limiter le risque d’allergie en grandissant. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire…

Fin des articles

Paramètres des cookies