Des modèles de petite taille contre les diktats de la mode

A l'occasion de la Fashion Week de Paris, une dizaine de modèles de petite taille ont défilé face à un public hyper enthousiaste. Un beau pied de nez aux diktats de la mode !

Dans les rues du Marais ce week-end, on a vu défiler les jupons en néoprène fluo et les talons de 15 sur des jambes interminables. Bien sûr, la Fashion Week ramène dans son sillon une bonne flopée de gens beaux, grands, stylés. Ma-gni-f(a)ke. Elle fleure aussi bon la marmite de clichés sur la beauté et ses critères ultra-standardisés. Alors quand on tombe sur un défilé qui défie les normes, le Bonbon s'amuse. Glam' et aux antipodes des mannequins longilignes qui arpentent habituellement les podiums, une dizaine de mannequins de petite taille, essentiellement françaises et américaines, ont défilé vendredi sous les bravos du public dans des tenues forcément sur-mesure.

Dominique faget:AFP

A l'initiative de ce défilé atypique, l'association française Donnons-leur une Chance et leur partenaire américain, Creative Business House. Le but : contrer les « diktats discriminants de la beauté » et promouvoir l'égalité des chances dans le monde très stéréotypé du mannequinat, mais aussi répondre aux attentes des "ppt" (personne de petite taille) fashionistas en matière de vêtements. Ici, un seul critère de casting : ne pas dépasser 1,30 mètres !

Cyril Bonnet:L'Obs

©Cyril Bonnet

Après une première en septembre 2014 à Paris, suivie par New York cet hiver, deux autres défilés sont prévus en 2016 à Dubaï et Tokyo. « C'est pour changer le regard des gens sur nous et parce que j'aime la mode que j'ai eu envie de défiler », a-t-elle expliqué la française Emma à l'AFP. « Et cela pourrait donner l'idée aux créateurs de faire des vêtements pour nous.»

Capture d’écran 2015-10-05 à 12.16.08

Après Beth Ditto, Madeline, la jeune trisomique australienne et Rebekah Marine, née sans avant-bras droit, qui ont toutes trois défilé à la Fashion Week de New York, la monde de la mode s'ouvrirait-il peu à peu à la différence ? Ne rêvons pas trop, mais applaudissons déjà ce pas de plus pour bousculer les tabous du milieu.