Voici tout ce qu’il faut savoir pour voir des aurores boréales en 2024

undefined 2 février 2024 undefined 19h45

Lucie Guerra

Les vacances d’hiver approchent à grands pas, mais ça, ce n’est qu’un prétexte. En réalité, on sait très bien qu’il ne vous faudrait qu’un mini déclic pour que vous preniez des billets d’avion en dernière minute pour partir sur un coup de tête. Et si, justement, vous décidiez de vous envoler vers les pays nordiques ? Et si, comme 49% des Français·es*, vous réalisiez l’un de vos rêves ultimes et que vous parveniez à voir de sublimes aurores boréales ? Voici nos 4 conseils pour être sûr·e et certain·e de ne pas manquer ces halos de lumière colorée.


1. On ne part pas n’importe quand…

On sait qu’on vous a parlé de partir sur un coup de tête, mais permettez-nous de nuancer nos propos. Si votre objectif principal est de voir des aurores boréales, vous devez automatiquement prévoir votre voyage sur la période août-avril. Autrement, vous ne verrez pas grand-chose d’autre qu’un ciel noir…


2. On ne part pas n’importe où !

Des lieux où l’on peut voir des aurores boréales, il y en a des dizaines. Sauf que certaines de ces destinations peuvent être très onéreuses une fois les coûts de l’avion et du logement additionnés. Alors on s’accorde avec son porte-monnaie et on choisit le voyage selon son budget. D’après une étude menée par Expedia, la Laponie, Churchill (Canada), et Rovaniemi (Finlande) sont les trois premières destinations les plus populaires pour voir des aurores boréales. Suivent Narvik (Norvège), Kirkenes (Norvège), Kalfafell (Islande), Inari (Finlande), Abisko (Suède), l’Île de Skye (Écosse), et Tromsø (Norvège). 


3. On checke toutes les météos possibles

Breaking news : si le ciel n’est pas dégagé, ça risque d’être compliqué d’y voir quelque chose. Pour ça, veillez à bien vérifier la météo locale et spatiale. Petit tips supplémentaire parce qu’on est trop sympas : préparez-vous à faire une nuit blanche parce que c’est entre 21h et 2h du matin que les aurores boréales sont les plus visibles. De rien.


4. On se prépare en amont pour faire des photos ultra quali’

Ça y est vous y êtes. Bien emmitouflé·e dans votre combinaison en plein milieu de la nuit, vous attendez patiemment que les halos verts transpercent le ciel. Forcément, une petite photo souvenir s’impose. Sauf qu’en pleine nuit, ça peut être assez compliqué d’obtenir un résultat ne serait-ce que correct. Pour Expedia, le photographe Tor-Ivar Næss, a révélé ses quelques secrets. Règle numéro une : on pose son appareil ou son téléphone sur trépied ou sur une surface stable. Si possible, on joue avec le mode manuel pour pouvoir maîtriser l’ouverture, la vitesse d’obturation et les ISO. On oublie la mise au point automatique et on privilégie celle sur l’infini. Enfin, s’il est possible d’enclencher la photo avec un retardateur ou une télécommande, on n’hésite pas. Ça évitera de faire bouger l’appareil et d’obtenir un résultat flou.

*Enquête Expedia publiée le 1er février 2024