Rose Michelle, antre des cours de couture upcycling

Naïs Bessaih

« Le dessin est important mais c’est surtout une fois que t’es à plat, en chirurgie sur la table de coupe, que c’est souvent un peu plus compliqué. » Paris, Faidherbe, 11h du matin. Je ne rends pas visite à un étrange médecin new-age mais à l’atelier Rose Michelle, créé par Aline Pérot et Chloé Courcelle, où l’on peut se former à la couture tout en suivant le procédé d’upcycling (ou surcyclage en bon français).


Autour de nous, dans cette pièce longiligne rose non pas bonbon mais rose Michelle, se trouvent boule disco, silhouettes, mannequins, pièces reconstruites, machines à coudre, plantes, coussins en molleton rose, une extravagance discrète. Combinaison opaque, bottes zébrées pointues aux pieds, Aline reçoit aux côtés de Chloé, manteau oversized, robe bohème et sourire XXL. Le décor est planté. Une atmosphère rétro-futuriste embrasse la route des deux labels présents ici, Femme d’Intérieur créée par Aline, et Rose Michelle, pensée par les deux comparses.

« Quand je venais d’arriver à Paris, je faisais les bacs à un balle à Freepstar et j’achetais plein de robes que je commençais à couper, à essayer de les retailler, de faire des trucs dedans. Après, comme je faisais ça aussi, je faisais des vide-grenier chez moi tous les six mois-un an et je revendais à mes copines. », se souvient Chloé, qui s’est formée à Esmod par les cours du soir durant un an, avant d’intégrer l’équipe du costumier Vincent Darré pour une version de la Traviata mise en scène par Arielle Dombasle. Du cinéma à la publicité en passant par le théâtre, c’est là qu’elle croise la route d’Aline Pérot.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par R O S E M I C H E L L E (@atelier_rosemichelle) le

Après ses études, la styliste s’entoure de proches modèles, musiciens et photographes pour travailler « avec une amie chercheuse sur un projet de capteurs en lien avec la musique et le mouvement, j’étais aux anges avec plein d’amis modèles, musiciens, photographes avec lesquels j’ai pu jouer sur un défilé interactif très futuriste à Orsay Université. Il a fallu ensuite créer la marque, on a fait toute une collection de 20 looks. ». Femme d’Intérieur était née.


« Savoir utiliser ses mains, ça donne du pouvoir »

Alors qu’on discute tranquillement autour d’un café, l’envie me prend de savoir utiliser cette machine à coudre qui se trouve près de mon coude, et je commence à imaginer les infinies possibilités qui s’offrent à moi. Et visiblement, je ne suis pas la seule. L’upcycling – ou surcyclage, qui permet de remettre au goût du jour des vêtements démodés – a la côte ces temps-ci, remarque Aline : « Les cours de couture sont souvent des projets personnels. Les personnes viennent pour de l’initiation et reviennent souvent chaque semaine pour savoir enfiler une cannette, faire des points. J’ai l’exemple de Carla, une skateuse qui est venue pour apprendre la couture au départ avec un projet, en me disant "j’ai cette combinaison que j’adore, cette salopette" et on l’a faite en version Malabar bi-goût, rose et violet. La combinaison violette, la poche et les bretelles en rose. Au bout de 25h, elle est revenue pour faire de l’upcycling pur et dur avec ses vêtements. On a un cours upcycling en trois heures, l’une est venue avec deux sweats qu’on a transformés en un sweat oversized, une autre avec une robe qu’elle a mis tout l’été qui est devenue un top et une jupe. ».

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Aline Pérot (@alien.perot) le

Une combinaison, un sweat mais aussi un kimono ou une veste de tailleur, le projet est différent selon chacun.e, l’important c’est la façon de faire : « C’est super enrichissant de se rendre compte que ça redonne du pouvoir de savoir utiliser ses mains, ça redonne du pouvoir d’achat, détaille Chloé, c’est comme apprendre à faire à manger, c’est une compétence de plus à apprendre pour se débrouiller dans la vie. ». Un vrai retour aux sources lorsque l’on pense aux excédents de vêtements qui s’entassent dans nos armoires. Et si on regardait avec un œil nouveau le grenier de nos grand-mères ? On me dit dans l'oreillette qu'Aline et Chloé cherchent un nouveau lieu pour créer et animer leurs ateliers. A bon.nes entendeur.e.s.


Rose Michelle

Cours de couture et d’upcycling disponibles sur Wecandoo

Fin des articles